L'Alpha et l'Oméga
par T. Austin-Sparks

Par T. Austin-Sparks

« Moi, je suis l’alpha et l’oméga, dit le Seigneur Dieu,
celui qui est, et qui était, et qui vient, le Tout-puissant
. »
(Apocalypse 1 :8)

« Et il me dit ... Moi, je suis l’alpha et l’oméga,
le commencement et la fin
. » (Apocalypse 21 :6)

« Moi, je suis l’alpha et l’oméga, le premier et le dernier,
le commencement et la fin
. » (Apocalypse 22 :13)

L’un des titres que le Seigneur s’attribue dans sa résurrection est : « l’Alpha et l’Oméga ». Le Seigneur se présente ici comme « le vivant », celui qui a été mort, mais qui est vivant – et aux siècles des siècles (Apocalypse 1 :17). Ces deux lettres, Alpha et Oméga, sont, nous le savons, la première et la dernière lettres de l'alphabet grec. L'une a la même forme que la première lettre de notre propre alphabet; l'autre est différente de toutes nos lettres. Alpha et Oméga - Premier et Dernier. Dans tout alphabet, il y a quelque chose qui correspond à un « A » et à un « Z », un Alpha et un Oméga, un commencement et une fin. Peu importe que l'alphabet soit compliqué ou qu'il ne contienne que vingt-six pauvres lettres, comme notre alphabet français: tout est cependant limité par le « A » et le « Z » , l'Alpha et l'Oméga. L'on ne peut rien trouver en dehors de cela; tout se trouve entre ces deux lettres. L'Alpha et l'Oméga embrassent tout ce qui est nécessaire au discours; il n'y a pas de discours possible, dans aucune langue, en-dehors de ce qui se trouve entre ces deux lettres. Tout ce qui peut être dit doit rester dans leur limite; en-dehors de leur limite, rien ne peut être dit.

Dieu ne peut être Connu en-dehors de Christ

Or, Jésus dit cela de Lui-même : « Je suis l' Alpha et l'Oméga ». La Parole de Dieu nous dit que Christ est la plénitude de Dieu, et que Dieu veut rassembler toutes choses en Christ. Elle nous montre, de plus, que Dieu ne parlera jamais, à personne, en-dehors de Son Fils, Jésus Christ. Il a lié à Son Fils tout ce qu'Il a à dire à l'homme; Il a fait de Christ la limite de tout; Il n'a rien à dire, et Il ne dira rien, en-dehors de Son Fils. « Nul ne vient au Père que par moi», a dit le Fils (Jean 14 :6). « Et personne ne connaît le Fils, si ce n'est le Père ; ni personne ne connaît le Père, si ce n'est le Fils, et celui à qui le Fils voudra le révéler » (Matthieu 11 : 27). L'apôtre qui a écrit la lettre aux Hébreux la commence en disant: « Dieu ayant autrefois, à plusieurs reprises et en plusieurs manières, parlé aux pères par les prophètes, à la fin de ces jours-là, nous a parlé dans le Fils, qu’il a établi héritier de toutes choses. » (Hébreux 1 :1-2). Tout ce que Dieu nous dira, et tout ce que Dieu peut nous dire, sera en Jésus Christ.

« Je suis l'Alpha ». La toute première syllabe de la connaissance de Dieu est la connaissance de Jésus Christ. Elle commence par « A » ; c'est le premier murmure du bébé. « Et, parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé l’Esprit de son Fils dans nos cœurs, criant, Abba, Père » (Galates 4 :6). La toute première syllabe de la vie chrétienne commence par « A » – « Père » . Nous ne connaissons pas le Père avant de connaître Jésus-Christ; c'est Lui qui nous a révélé le Père. Le commencement de toute connaissance de Dieu comme Père nous est donnée par Jésus-Christ. Ce qu'Il a dit dans Sa prière était bien vrai: « J’ai manifesté ton nom aux hommes » (Jean 17 :6), et ce nom était celui de « Père ». Désirons-nous connaître Dieu ? Désirons-nous Le connaître comme un Père ? Désirons-nous savoir ce qu'Il a à nous dire, ce qu'Il veut nous faire connaître? Désirons-nous connaître toute la vaste richesse que Dieu veut nous révéler, ou quelque chose de cette richesse? Nous ne pouvons la connaître qu'en Jésus Christ; nous ne pouvons la connaître qu'en Celui qui est le commencement et la fin, l'Alpha et l'Oméga. Il n'y a pas de connaissance sans mots composés de lettres (excepté peut-être pour nos amis chinois !), et toutes les lettres se trouvent entre ces deux. Il n'y a pas de connaissance qui soit une vraie connaissance, une connaissance qui soit la vie éternelle, en-dehors de Jésus Christ. « Et c'est ici la vie éternelle, qu'ils te connaissent seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ. » (Jean 17 : 3). Il n'y a pas de connaissance en-dehors de Jésus Christ.

Et il n'y a pas de communication de la part de Dieu en-dehors de Jésus Christ. Mettez Jésus Christ de côté, et Dieu sera silencieux – Il n'a rien à nous dire. Si nous ne donnons pas à Son Fils la place qui est la Sienne, Dieu restera muet; Il ne nous dira rien. Plus nous honorons le Fils, plus le Père se manifestera à nous et sera en communion avec nous.


Toute Nécessité a sa Réponse en Christ

Deuxièmement, Alpha et Oméga renferment non seulement tout le discours – ils répondent à toutes les nécessités. Nous n'avons besoin de rien en-dehors de « A » et de « Z » ; nous n'avons pas besoin de créer de nouvelles lettres ; tout est là. Peu importe que nous employions de grands mots, et il y a de grands mots en nos jours!, peu importe la grandeur des mots, la longueur des phrases, la hauteur des expressions : nous pouvons répondre aux besoins du plus grand des mots, de la plus longue des phrases, et de l'expression la plus entière par ce qui se trouve entre Alpha et Oméga. Pour tous ces grands nouveaux mots, nous n'avons pas besoin de créer de nouvelles lettres: tout ce dont nous avons besoin est là.

L'apôtre Paul nous dit qu’ « en Lui » – c'est à dire, en Christ – « habite toute la plénitude de la déité » (Colossiens 2 : 9) ; « tous les trésors de la sagesse et de la connaissance » (2 : 3) ; et qu’en Lui « toute la plénitude s’est plu à habiter » (1 : 19). Nous apprécions beaucoup cette parole que Paul écrivit aux Philippiens : « Mais mon Dieu suppléera à tous vos besoins selon ses richesses en gloire par le Christ Jésus » (Philippiens 4 : 19). Il sera pourvu à tout besoin sur l'échelle de Ses richesses dans la gloire – pouvons-nous saisir cela, pouvons-nous embrasser cela ? Mais c'est selon ce qui est en Jésus Christ qu'il sera pourvu à tout besoin. En Lui se trouve tout ce dont nous avons besoin : Il est l'Alpha et l'Oméga. Lorsque Jésus dit: « Je suis l'Alpha et l'Oméga », Il dit: « Je suis tout ce dont vous avez besoin, vous ne pouvez jamais avoir un besoin, vous ne pouvez jamais inventer ou imaginer quelque chose à laquelle Je ne pourrai pas pourvoir. Aucune situation ne peut m'épuiser : en Moi demeure toute la plénitude. Je suis Alpha et Oméga » .

Christ, l'Agent, le Modèle et le But de la Création

Christ est le premier et le dernier dans la création, c'est ce que déclare la Parole. Dans cette lettre aux Colossiens que nous venons de citer, l'apôtre nous dit clairement et précisément que, « toutes choses ont été créées par lui et pour lui », et que « lui est avant toutes choses » (Colossiens 1 :16-17). L'apôtre Jean, au commencement de son Évangile, nous dit également que toutes choses ont été faites par lui (Jean 1 :3). Il est le commencement dans la création. Dans la lettre aux Hébreux, il nous est dit que les mondes, ou les âges, ont été faits par Lui; c'est par Lui qu'ils sont entrés en existence (Hébreux 1 : 2). Dans ce livre de l'Apocalypse, nous lisons : « Voici ce que dit l’Amen, le témoin fidèle et véritable, le commencement de la création de Dieu » (Apocalypse 3 :14). Il est l'Alpha et l'Oméga dans la création; Il est ici l'Alpha, l'Agent même et l'Instrument de la création.

Il a été le Modèle de la création, car toutes choses ont été créées pour être une expression temporelle et matérielle des réalités spirituelles et morales qui sont dans le Fils de Dieu. Si nous avions des yeux pour voir, et une intelligence pour comprendre, les secrets les plus profonds d'une création non déchue, d'un vaste univers sortant de la main de Dieu, nous verrions, en tout, quelque chose qui parle du Fils de Dieu – de Son caractère spirituel, et moral, de Sa place suprême dans tout le système de Dieu. Il est le Modèle de la création : « Car de lui, et par lui, et pour lui, sont toutes choses! » (Romains 11 :36). Et Il est déclaré être la perfection, le but, de la création de Dieu. Il est Alpha et Oméga.

Christ: le Premier et le Dernier dans la Rédemption

Tout ce que nous venons de dire a pour but de mettre le Seigneur Jésus à la place qui est la Sienne dans l'univers de Dieu. Mais nous pouvons sentir que tout cela ne nous aide pas réellement. Ce qui se rapproche davantage de nous, c'est ceci: Il est l'Alpha et l'Oméga dans la rédemption. Il est le Premier et le Dernier dans la rédemption. Nous trouvons encore dans cette lettre aux Hébreux ces paroles qui nous sont familières : « Fixant les yeux sur Jésus le chef (l’auteur) et le consommateur de la foi » (Hébreux 12 : 2). Il est donc le commencement et la fin, l'Alpha et l'Oméga, de la rédemption.

Christ est, naturellement, le commencement de la rédemption dans ce simple sens, qu'il n'y a point de rédemption avant que nous ne venions à Lui. De même qu'il n'y a pas de parole, pas de moyen de communication, pas de connaissance avant que nous venions à l'alphabet, ainsi il n'y a pas de rédemption avant que nous ne venions au Seigneur Jésus. Il n'y a simplement rien avant « A » ; il n'y a rien avant Alpha: c'est juste là que tout commence. Et ce qui est vrai en ce qui concerne le langage est vrai dans la rédemption: il n'y a simplement pas de rédemption, il n'y a pas de salut, avant que nous venions au Seigneur Jésus. Mais lorsque nous venons à Lui, il y a un nouveau commencement. C'est le commencement de tout – un tout nouveau domaine et une nouvelle étendue de possibilités, que ce soit de communication, de connaissance et d'intelligence, de sagesse ou de plaisir .

Quelles richesses il y a en Christ! Quelles richesses il y a en Lui, notre Rédempteur . Lorsque nous Le recevons comme le commencement, l'Alpha, du salut, quel domaine merveilleux s'ouvre pour nous ! Lorsque nous prenons un dictionnaire, et que nous commençons à en tourner les pages, quel monde s'ouvre à nous ! A mesure que nous avançons à travers les nombreux milliers de mots, avec toutes leurs tailles et leurs formes différentes, quel monde nous avons là! Je ne pourrais comprendre quelqu'un qui ne trouverait aucun plaisir dans un dictionnaire! Mais vous voyez à quoi nous voulons arriver. Lorsque nous venons à Jésus comme à l'Alpha, un monde nouveau, et vaste, et merveilleux, commence à s'ouvrir, un monde que nous n'avions jamais imaginé. Lorsque nous trouvons de nouveaux mots dans le dictionnaire, des mots que nous ne pensions pas y être, cela nous ouvre une vision entièrement nouvelle. Il en est de même à l'égard du Seigneur Jésus: lorsqu'il devient notre commencement, un monde inépuisable s'ouvre devant nous. Richesse, plénitude, abondance de connaissance – nous avons devant nous des possibilités sans limites, lorsque nous commençons par « A ».

Et il n'y a pas de fin! De même que quelque chose de nouveau est ajouté d'année en année au dictionnaire, il en est ainsi de la vie chrétienne. Je n'exagère pas. Mon expérience durant toutes ces années, et spécialement peut-être durant ces derniers temps, c'est que Christ est inépuisable. Il y a plus, et plus, et toujours plus, de trésors que nous n'avions pas encore découverts. Mais tout cela a commencé lorsque nous sommes venus à Lui, et cela a toujours continué depuis lors, et se continuera durant toute l'éternité; car la Parole dit: « A l’accroissement de son empire … il n’y aura pas de fin » (Esaïe 9 : 7). Pas de fin! Quel royaume de plénitude est Son royaume! Mais il nous faut commencer avec Lui; il nous faut faire de Lui notre commencement, avant de pouvoir en posséder quelque chose. Il doit être notre « Alpha ». Mais dès qu'il l'est devenu, je le répète, un monde nouveau s'ouvre à nous: une nouvelle plénitude – et quelle plénitude commence à se révéler ! Tout est en Lui, notre Rédempteur.

C'est ce que nous retrouvons dans le premier chapitre de l'Apocalypse : les titres du Seigneur qui Lui sont donnés dans Sa résurrection. Et nous avons ensuite des paroles qui nous disent ce qu'Il a fait dans la rédemption : « Tu as racheté pour Dieu par ton sang ... » (Apocalypse 5 : 9) et « qui nous a lavés de nos péchés par son sang ; – et il nous a faits un royaume, des sacrificateurs pour son Dieu et Père » (Apocalypse 1 :5-6). C'est l'œuvre de la rédemption qui nous a ouvert un monde où tout est nouveau – une plénitude merveilleuse! Il est l'Alpha de la rédemption.

« L'Auteur ... »

Christ n'est pas seulement le commencement : Il est Celui qui commence. Il est dit ici « l'auteur » : « Regardant à Jésus, le chef (l'auteur) et le consommateur ... » (Hébreux 12 : 2). Il est Celui qui commence, Celui qui prend en mains cette responsabilité de recommencer tout à nouveau, et de nous faire entrer dans un monde que nous n'avions jamais connu auparavant. Il en est l'initiateur : tout est entre Ses mains. Il le fait. Il a pris l'initiative de notre rédemption : c'est le point crucial. Et je suis content de ceci, si infiniment content. Quoi que l'on puisse dire de notre propre désir, du besoin que l'homme a de Dieu, de sa recherche de Dieu, cela ne peut être comparé au désir que Dieu a de l'homme, à la manière dont Il le cherche. Ce que le Seigneur Jésus est venu nous révéler, et ce qu'Il nous a révélé, c'est que c'est Dieu qui nous cherche. Ces paraboles merveilleuses, et qui nous sont si familières, de la brebis perdue, et de la pièce d'argent perdue, et du fils prodigue (Luc 15), et tous ceux qui sont perdus: toutes ces paraboles, nous montrent que Dieu est Celui qui cherche, que l'initiative est à Dieu. « Car le Fils de l' homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu » (Luc 19 : 10).

Oui, c'est Dieu qui a tout commencé : vous et moi, nous ne nous réjouirions pas de notre salut, s'Il ne l'avait pas commencé. Il a dit: « Ce n'est pas vous qui m' avez choisi ; mais c'est moi qui vous ai choisis » (Jean 15 :16), – et c'est pourquoi nous sommes au nombre de Ses rachetés. Et si nous sommes maintenant parmi ceux qui appartiennent au Seigneur, c'est simplement parce qu'Il nous a cherchés. Que nous L'ayons cherché ou non, Il a été certainement Celui qui nous a cherchés; Il a été Celui qui a tout commencé. Aucun autre que Lui ne peut commencer à nous racheter; aucun autre que Lui ne peut nous sauver. « il n’y a de salut en aucun autre; car aussi il n’y a point d’autre nom sous le ciel, qui soit donné parmi les hommes, par lequel il nous faille être sauvés.» (Actes 4 : 12) ; seul Son Nom. Il n'y a pas de commencement à la rédemption hors de Lui.

« … et le consommateur »

Et Christ est le Dernier, l’Oméga, la fin – dans ce sens que, lorsqu’Il a commencé quelque chose, Il l'achève ; la Parole dit : «L’Éternel achèvera ce qui me concerne » (Psaume 138 : 8). « Celui qui a commencé en vous une bonne œuvre, l'achèvera jusqu'au jour de Jésus Christ » (Philippiens 1 : 6). Il finit ce qu'Il commence. Et Il est non seulement Celui qui commence et qui achève, Il est Lui-même le Commencement et l'Achèvement, la Fin. Dieu fait concourir toutes choses à l'accomplissement de Son but qui est que nous soyons « conformes à l'image de Son Fils » (Romains 8 : 29). Christ est là, pour ainsi dire, tout à la fin; et Dieu avance et agit en nous, Son peuple, en relation avec Celui qui se tient au bout du chemin, afin que nous devenions conformes à Son image. Le serviteur de Dieu s'écrie: « Quand je serai réveillé, je serai rassasié de ton image » (Psaume 17 : 15). C'est cette image qui est le but; Jésus Lui-même est la f'in. Toutes choses, sous le gouvernement des Cieux, contribuent à notre conformité au Fils de Dieu.

Christ est le Sens de la Vie

De plus: Christ, l'Alpha et l'Oméga, donne un sens à la vie. Je puis avoir un plateau sur lequel sont éparpillées toutes les lettres d'un alphabet. Si je sais ce que sont les lettres, et si je sais ce que je veux, je pourrai les mettre en ordre, de façon à ce qu'elles prennent un sens. Elles exprimeront alors exactement ce que je veux exprimer. Tout ce qui se trouve entre « A » et « Z » , entre Alpha et Oméga, prend un sens dès qu'il est mis à sa place. Il y a beaucoup de personnes aujourd'hui qui ne peuvent voir aucun sens à la vie. Beaucoup s'efforcent de donner un sens à leur vie. Qu'est-ce que cela signifie ? Quelle en est l'explication ? Il semble que tout ne soit qu'un chaos, une confusion, une énigme. Jésus donne un sens à la vie: Il met en ordre le chaos.

C'est là une description du dessein divin, du grand but de Dieu: donner à toutes choses leur explication. Oui, en Lui, nous avons la réponse aux problèmes de notre vie; en Lui, nos vies dispersées et confuses sont, remises en ordre. Cela n'a-t-il pas été vrai de beaucoup d'hommes et de femmes, dont les vies étaient troublées et confuses, emmêlées et tordues, sans aucun but ni aucun idéal apparent, sans signification ni explication: ils ne pouvaient trouver de sens à rien. Alors ils sont venus au Seigneur Jésus, et leur vie a pris un sens: un but, un dessein est paru, et ils en sont arrivés à réaliser la signification de leur vie, ce à quoi ils sont destinés. C'est le témoignage de ceux qui sont véritablement à Lui. Dans le Seigneur Jésus, nous avons trouvé une signification à notre vie, une explication de la vie. Il peut apporter dans la vie un modèle clair, une intelligence nouvelle. En Lui, l'Alpha et l'Oméga, nous avons tout ce qui est nécessaire pour que notre vie ait un sens.

Permettez-moi de me répéter: Avant d'avoir nos lettres, nos caractères fondamentaux, il n'y a pas de commencement, et il n'y aura pas de fin sensée et intelligente. Jésus supplée à ce besoin, un commencement et une fin intelligente. Il conduit quelque part! Lorsque, vous et moi, nous finirons par atteindre le but, le but dans Sa gloire, ce sera réellement une fin pleine de sens, n'est-ce pas ? Ce sera une fin qui justifiera tout, qui donnera sa signification à tout ce que nous aurons traversé, qui expliquera tout. Les mille « pourquoi » de notre vie auront leur réponse; tout sera expliqué. Pourquoi a-t-il fallu cette expérience, ou celle-là ? Pourquoi cette tristesse, et celle-là ? Pourquoi ce désappointement et cette perte ? Pourquoi ces voies étranges dans notre vie? Tout aura sa réponse, à la fin – et Jésus Lui-même sera la fin! Oui, ce sera une fin qui aura une valeur. Nous ne discuterons pas avec Dieu alors, parce que Jésus aura mis tout en ordre, et Il nous aura amenés à une fin qui dépassera nos espérances les plus hardies, et qui sera entièrement en-dehors de nos mérites.

Dieu nous Parle et Parle à travers Nous par la Vie

Nous pouvons ainsi comprendre pourquoi, dans la Bible, Jésus est appelé «La Parole de Dieu» (Apocalypse 19 : 13). Dieu parle en Lui et par Lui : toujours, et uniquement, et finalement, en Son Fils. Peut-être dirons-nous, « Tout cela est très intéressant, mais après tout, comment parle-t-Il ? Devons-nous L'entendre de nos oreilles ? » Non. Si nous revenons au contexte de ces titres, nous verrons que Dieu parle par la vie de résurrection. « Je suis ... le Vivant ... aux siècles des siècles » (Apocalypse 1 : 17-18). Comment parle-t-Il ? Comment Le connaissons-nous ? Comment la vie est-elle libérée de ses énigmes et de sa confusion, et amenée dans un ordre et un sens ? Lorsqu'Il devient notre vie! Il nous fait participants de Sa propre vie de résurrection. Il met en nous cette vie, qui est une vie d'ordre, une vie de sagesse et d'intelligence: une vie, non plus de confusion, mais un modèle d’ordre. C'est une puissance de vie qui est en nous.

Lorsque Sa vie est en nous, cette vie répond aux questions, explique les choses, donne un sens à notre vie. Et tandis que, pour les oreilles naturelles, la vie peut être imperceptible, la vie est, en réalité, ce qui parle avec beaucoup, beaucoup de puissance. Elle parle plus fort, beaucoup plus fort, que des mots. Un pauvre enfant de Dieu, souffrant, peut ne pas être capable de dire grand-chose en paroles cohérentes, mais il suffit de passer avec lui un moment très court pour que la vie qui est en lui nous parle. La vie même, qui est en lui, parle avec beaucoup plus de puissance que des paroles. C'est la vie qui est en nous, qui est la communication, l'explication, la sagesse de Dieu; la puissance de cette vie agissant en nous. Par cette vie, Dieu nous parle, Il répond à nos problèmes.

Si souvent, la réponse que Dieu nous donne ne consiste pas en quelque chose qu'Il dit, mais en quelque chose qu'Il fait par un nouveau toucher de vie. Il est étrange de voir comment, lorsque nous avons ce nouveau contact de vie dans notre être intérieur, nous cessons de nous inquiéter de notre, problème, le problème est résolu! Nous pouvons ne pas avoir reçu la réponse à nos questions, mais nous avons la réponse : elle nous est donnée en vie! Peu nous importe désormais le problème: il a eu sa réponse dans ce nouveau toucher de vie. La vie est le moyen par lequel Dieu nous parle.

Et la vie est le moyen par lequel Dieu parle à travers nous. Les gens du dehors peuvent entrer dans une réunion, et n'avoir aucune idée de ce que dit le frère qui parle; et cependant, en s'en allant, ils pourront dire, « Je n'ai pas compris un seul mot, mais ... mais ... il y avait quelque chose là. » Ils pourront être incapables de décrire ce qu'ils ressentent, parce qu'ils ne sont pas familiers avec le langage, et les phrases, et la terminologie. Mais ils seront conscients d'avoir rencontré là quelque chose, quelque chose qui répond à un besoin. Or, s'ils le savaient seulement, ils diraient: C'est la vie, la vie, la vie! Et c'est de cette manière que Dieu parle réellement. Nous préférons qu'il en soit ainsi, n'est-ce pas, plutôt que s'ils avaient pu comprendre beaucoup de mots et de phrases, sans avoir éprouvé l'impression et la conscience de la vie. Il vaut mieux naturellement que les deux choses y soient, mais si nous avons à choisir, il vaut mieux qu'il en soit ainsi ; qu'ils se retirent en disant: « Il y a là quelque chose qu'il faut reconnaître: je ne puis que dire, c'est Dieu! » .Et ce qu'ils veulent dire, c'est ceci - c'est Jésus Christ, le Vivant!

C'est ainsi que Dieu parle à travers nous. Oh! que nous soyons, dans ce sens, la voix de Dieu, le discours de Dieu: l'expression de Christ, qui est l'Alpha et l'Oméga.