La Robe sans Couture
par T. Austin-Sparks

« Ils partagent entre eux mes vêtements, et sur ma robe ils jettent le sort. », Psaume 22 :18

« Les soldats donc, quand ils eurent crucifié Jésus, prirent ses vêtements et en firent quatre parts, une part pour chaque soldat. Ils prirent aussi la tunique. Or la tunique était sans couture, tissée tout d'une pièce depuis le haut jusqu'en bas. Ils dirent donc entre eux: Ne la déchirons pas, mais jetons-la au sort, à qui elle sera, -afin que l'écriture fût accomplie, qui dit: « Ils ont partagé entre eux mes vêtements, et ils ont jeté le sort sur ma robe ». », Jean 29 :23-24

Lecture : Ézéchiel 43 :1-12

L’Homme Créé

Si nous nous arrêtons sur cette robe sans couture, et que nous considérions combien la protection souveraine de Dieu reposait sur elle, et avec quel soin elle a été préservée, il nous serait difficile de ne pas voir que cette robe parle, de manière allégorique, de l'humanité du Seigneur Jésus, de ce que le Fils de Dieu considérait par rapport à Son vêtement. Qu'est-ce que le Fils de Dieu est venu revêtir ? Il a pris le vêtement de l'humanité. Il a pris sur Lui la forme d'un homme. Il a paru comme un Homme. C'est là ce que montre le vêtement. Le vêtement, en un mot, parle donc de Son humanité. Cette robe nous est présentée comme quelque chose de complet, d'entier, comme une unité parfaite; elle est d'une seule pièce, tissée depuis le haut jusqu'au bas. Nous avons là l'homme selon la conception de Dieu. C'est l'homme tel qu'il a été conçu dans la pensée de Dieu. Cette humanité, est l’aboutissement des conseils de Dieu de toute éternité; un homme qui soit en lui-même, personnellement, individuellement et corporellement, un tout, complet, une parfaite unité, tout d'une pièce, tissé depuis le haut jusqu'au bas.

Tel est l'homme que la main de Dieu a créé, qui est le résultat de cette activité divine, du tissage de Dieu, dirons-nous. L'humanité de l'homme, Adam, était une figure de Celui qui devait venir. Il n'y avait jamais eu avant lui aucune complicité avec l'adversaire, Satan; il n'y avait encore jamais eu aucune désobéissance due à l'incrédulité; l'homme, dans son être et sa nature même, était une unité, une harmonie, un accord, un tout. L'homme créé n'était ni un désaccord, ni une confusion, ni une contradiction, ni un être partagé. Il était une figure de Celui qui devait venir – une unité, « tout d'une pièce ». Et cependant il n'était qu'une figure.

L’Homme Ruiné

Quelle est la nature de la ruine ? Elle est comme celle d'un vêtement tout d'une pièce qui a été déchiré et déchiqueté en lambeaux. Lorsque vous avez un vêtement fait d'une seule pièce, et qu'il est déchiré, vous savez parfaitement que vous ne pouvez pas le ramener à son état premier. Si vous avez un vêtement fait de deux, de trois ou de quatre pièces, vous savez que la partie déchirée peut être enlevée et remplacée. Mais lorsqu'il s'agit d'une chose qui est tout d'une pièce, son unité est détruite dès qu' elle est déchirée. Vous pouvez la rapiécer, mais vous ne pouvez pas lui rendre sa perfection originale. Vous pouvez la coudre, mais vous ne ferez pas d'elle ce qu'elle était. L'on a fait beaucoup d'efforts pour recoudre l'humanité déchirée, pour la rapiécer, mais les morceaux ne font jamais que révéler les dégâts; la couture trahit toujours le mal qui s'est produit, et la chose ne tardera pas, sous l'effort, à se rompre de nouveau. Le Seigneur Jésus a dit: « Personne ne met un morceau d'un habit neuf à un vieil habit; autrement il déchirera le neuf, et aussi la pièce prise du neuf ne s'accordera pas avec le vieux. ». Non, cette humanité, une fois déchirée, est ruinée, et il n'y a plus d'espoir qu'en un nouveau vêtement, à cause de son unité essentielle devant Dieu.

Je vous le demande, n'est-il pas vrai que l'homme soit tout autre chose qu'une unité en soi, un tout, une harmonie, un ensemble parfait ? Nous savons nous-mêmes que nous sommes déchirés et déchiquetés, pour ainsi dire, en plusieurs morceaux, en éléments contradictoires. Romains 7 n'est-il pas la grande révélation de la division de l'homme ? Et dès qu'il est amené sous la loi divine, cette division en est d'autant plus mise en lumière.

« Car ce que je fais, je ne le reconnais pas, car ce n'est pas ce que je veux, que je fais, mais ce que je hais, je le pratique. », Romains 7 :15

Me voici, faisant tous mes efforts dans une direction et allant dans celle qui lui est opposée. Je suis une division. Je suis une contradiction. Je ne suis pas tout d'une pièce. Je désire le bien, mais contre mon désir je fais le mal, et je le fais malgré toutes mes résolutions. Je ne suis pas un tout. Une rivière coule toujours dans une seule et même direction, elle va du même côté; mais il n'en est pas ainsi de la nature humaine. Cela est triste, mais il en est désormais ainsi de notre nature : nous ne coulons pas dans une seule et même direction. Alors même que la plus grande partie de notre être semble peut-être agir harmonieusement en vue d'un seul but, il y a cependant toujours en nous « un quelque chose » de réactionnaire, un élément qui nous fait reculer. Il n'y a pas besoin d'insister sur ce fait: nous sommes tout autre chose qu'une unité. Non, le vêtement a été déchiré. Nos œuvres de justice même ne sont que « comme un vêtement souillé ». L'humanité de l'homme, dans le meilleur d'elle-même, est maintenant en lambeaux. L'homme est ruiné, déchiré, rompu.

Le Nouvel Homme Pré-figuré

Il n'est pas nécessaire de faire plus que d'attirer l'attention sur le fait que nous avons, dans l'Ancien Testament, des figures du Nouvel Homme. Nous trouvons pré-figurés, dans ces hommes de l'Ancien Testament qui entrèrent en communion vivante avec Dieu, les traits spirituels et moraux du Nouvel Homme, ces fils qui seront tissés typiquement pour former ce Nouvel Homme. Cela peut être la foi d'un Abraham, la douceur d'un Moïse, l'adoration d'un David, la vérité d'un Élie, la vie d'un Élisée, et ainsi de suite. Tous ces traits sont comme des fils trouvés dans des hommes typiques, et qui ont été tissés pour former l'Homme unique et parfait, le vêtement d'une humanité renouvelée. Tous ces traits devront se retrouver dans le Nouvel Homme, lorsqu'Il viendra. Il réunira tous ces éléments moraux, tous ces traits spirituels, qui seront tissés depuis le haut jusqu'en bas dans toute Son humanité. Voyez la splendeur de Sa foi, la beauté de Son humilité, Sa douceur. Voyez la piété de Son adoration, l'honneur qu'Il rend à Dieu, Son Père. Voyez Son zèle pour la vérité, qui brûle avec plus d'ardeur et de flamme encore que celui d'Élie. Voyez-Le comme la vie, la puissance de vie triomphante sur la mort, comme dans un Élisée, et ainsi de suite. Tous ces traits sont des fibres de Son humanité, et tous ils ont été pré-figurés dans l'Ancien Testament.

Le Nouvel Homme Suppléé

Ce n'est plus désormais la figure que nous avons, mais c'est l'Homme Lui-même. Son humanité n'est pas celle de l'Adam tombé, mais c'est une humanité parfaite. Il y a toute une différence entre l'acte de Dieu qui créa Adam et l'acte de Dieu qui donna Jésus Christ. Nous ne nous arrêterons cependant pas ici pour faire la comparaison, ou pour établir le contraste entre Adam et Christ. Nous relevons simplement le fait que le Nouvel Homme a été suppléé et que, en ce Nouvel Homme, nous ne pouvons découvrir aucune jointure, aucun raccord. Nous ne pouvons y trouver aucune place où deux pièces aient été « cousues » ensemble. Il ne se compose pas de parties, il est un tout. Oh! La merveilleuse unité, la perfection, l'équilibre, le tout, l'harmonie de Son humanité. Il peut être animé d'une colère ardente sans perdre jamais Son équilibre, ni permettre à aucune violence charnelle d'intervenir ; mais Il peut être en colère et, en même temps, rempli d'amour. Il peut passer d'une chose à l'autre, et si ces choses peuvent paraître entièrement différentes à leur surface, elles sont cependant en Lui si parfaitement pesées, que nous ne restons plus conscients d'aucune contradiction en Sa présence. Nous pourrions nous arrêter longtemps sur l'équilibre parfait de Son humanité, sur l'unité de Sa nature. Il n'est pas un mélange ; Il n' est pas composé de plusieurs parties ajoutées les unes aux autres; Il est un tout parfait. Il est tout d'une pièce, tissé depuis le haut jusqu'au bas.

Le Nouvel Homme Éprouvé

Le Nouvel Homme a été donné! Oui, mais Il a été éprouvé! Cette humanité, qui est comme un vêtement, est soumise à l'épreuve. C'est sur elle que se porte toute la force de l'épreuve. Aura t-elle le pouvoir de soutenir l'épreuve morale ? Chacun de ces fils qui composent le vêtement est mis à l'épreuve. L'humilité ? - « Jette-toi en bas du pinacle du Temple! » Qu'aurait représenté un tel acte ? Une orgueilleuse vanité! Et les hommes auraient dit: « Tu es un Homme merveilleux, nous Te suivrons! » Non, avoir cédé ici, ce n'aurait été que renoncer à l'humilité.

« Ne crains point, fille de Sion; voici, ton roi vient, assis sur l'ânon d'une ânesse », Jean 12 :15

Mais cette humilité a été souvent mise à l'épreuve. Dans une autre occasion, la foule voulait Le prendre de force pour Le faire Roi; Il se retira du milieu d'eux. Puis il nous est donné de voir tout l'attachement qu'Il avait pour Son Père, cette dévotion qui est l'essence de l'adoration, la crainte de l'Éternel, cet abandon absolu à Dieu. Cela avait été déjà le trait caractéristique de la vie de David. Quelles qu'aient été les fautes de David, elles ne peuvent nous cacher l'adoration véritable que tout son être ressentait pour Dieu. Les accents sublimes qui s'élèvent aux heures les plus sombres de la vie de David en sont l'expression. Lorsqu'il a péché en faisant le dénombrement d'Israël, et que Dieu frappe son péché d'un jugement terrible, il s'humilie devant Dieu et dit :

« Voici, moi j'ai péché, et moi j'ai commis l'iniquité; mais ces brebis, qu'ont-elles fait? Que ta main, je te prie, soit sur moi et sur la maison de mon père. », 2 Samuel 24 :17

Quelle crainte il avait de l'Éternel ! Quel respect pour Dieu! Quelle humiliation devant Dieu, dans l'abandon et la soumission les plus absolus! C'est là l'esprit qui avait animé la vie de David. Et la perfection de cet esprit, ce dévouement à Son Père ont été, dans la vie du Seigneur Jésus, soumis à de sévères épreuves. « Si tu es le Fils! » Tout à la fin, lorsque les hommes, armés d'épées et de bâtons, vinrent pour Le prendre, Lui, le Fils de Dieu, Il leur déclara que, s'Il le demandait à Son Père, Celui-ci enverrait aussitôt plus de douze légions d'anges; mais Son dévouement à Son Père devait consentir à ce que les anges restassent où ils se trouvaient.

Nous pourrions nous arrêter sur tous les traits moraux de Christ et voir combien chacun d'eux a été vérifié, éprouvé dans le creuset. Chacun des fils eut à subir une épreuve bien sévère, jusqu'à ce que le vêtement fût achevé.

Le Nouvel Homme Approuvé

Tenté comme nous en toutes choses, sans commettre cependant aucun péché! Non seulement cet Homme n'a pas péché, mais Il est sans péché. Le péché est quelque chose de plus profond que les péchés. Il a été non seulement éprouvé, mais approuvé.

Le Nouvel Homme Élevé à la Perfection

Comment ? Par la souffrance. C'est là la parole du Seigneur. Il n'a jamais été que parfait! Mais je cite les Écritures : « Il consommât le chef de leur salut par des souffrances », (Hébreux 2 :10). C'est de Lui que cela est déclaré. Nous n'avons pas besoin de nous arrêter pour discuter une doctrine. Il nous suffit de citer les Écritures. Il était sans péché; Il était parfait; et cependant Il a été élevé à la perfection. Si nous ne Pouvons comprendre ce qui semble être une contradiction, regardons encore. Il n'y a là qu'une autre manière de dire qu'Il a été rendu parfait par l'effort auquel a été soumis le tissage des fibres, en vue de la formation du vêtement.

Un jeune plant peut n'avoir aucun défaut en lui-même. Comme plant, il peut être un arbre parfait. Mais montrez-moi ce plant devenu arbre au bout de quelques années de croissance, et je vous dirai: il a été rendu parfait par les souffrances ; non pas que ces souffrances aient révélé un seul vice, mais ses perfections ont été amenées à la perfection grâce à la tempête, à la violence des éléments, à l'épreuve. Il est question de la mesure de la perfection plutôt que de sa nature.

L’Homme Établi

« Voici, je vois les cieux ouverts, et le Fils de l'homme debout à la droite de Dieu. », Actes 7 :56

« Parce qu'il a établi un jour auquel il doit juger en justice la terre habitée, par l'homme qu'il a destinée à cela. », Actes 17 :31

L'Homme doit finalement revenir pour être l'instrument du jugement de ce monde, avec justice. Dieu jugera les pensées des hommes par Jésus-Christ.

« Il lui a donné autorité de juger aussi, parce qu'il est fils de l'homme. », Jean 5 :27

C'est entre les mains du Fils de l'homme que Dieu a mis toute autorité, dans les cieux et sur la terre. Grâces soient rendues à Dieu de ce qu'il y ait un Homme dans la gloire. Grâces soient rendues à Dieu pour tout ce que cela signifie, pour vous et pour moi, dans notre besoin d'une humanité rendue parfaite. Il est établi là, comme le modèle de Dieu; et le gage de notre conformité parfaite à l'image du Fils de Dieu, c'est qu'Il nous a donné Son Esprit. Nous en avons reçu les arrhes.

« Quand il sera manifesté, nous lui serons semblables, car nous le verrons comme il est. », 1 Jean 3 :2

Qu'est-ce qui en est le gage, les arrhes, la garantie ? L'Esprit de Christ qui demeure désormais en ceux qui Sont nés de nouveau, qui sont nés de l'Esprit !

Le Nouvel Homme « Un en tous » et Exprimé Corporellement

« Il l'a donné pour chef sur toutes choses à l'assemblée qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous. », Éphésiens 1 :22-23

Comment cette unité se manifeste t-elle ? Autrement dit, que signifie cette vérité de l'unité de Christ, comparée à une robe sans Couture, et qu'implique t-elle ? Tête de l'Église qui est Son Corps, Il est une unité par nature, une unité de vie, une unité en toutes choses! Sa qualité suprême de Tête représente l'unité qui est dans le Christ Jésus.

Il serait difficile de séparer ces deux derniers traits. Ils Sont réellement les deux aspects d'un tout: « Un en tous », et exprimé collectivement ; ils sont représentés par deux épîtres, la lettre aux Colossiens et celle aux Éphésiens. L'une établit la souveraineté absolue de Christ, la Tête; l'autre, l'unité de l'Église qui est Son Corps. Elles ont chacune leur propre accent, leur portée et leur valeur. La lettre aux Colossiens montre toutes choses rassemblées en Christ, résumées en Lui, et toutes choses unies en Lui; puis vient cette déclaration, qu'Il est la Tête de l'Église, Son Corps. C'est en Lui, la Tête de cette humanité rendue parfaite et glorifiée, qu'est assurée et établie une unité indestructible.

Revenons un instant à la robe sans couture. Le psalmiste a prophétisé et au bout de plusieurs siècles ont lieu les scènes de la Croix. Les scènes passent rapidement, avec leurs nombreux détails et incidents, et, au cours de ces événements, des hommes – les plus rudes, les plus brutaux, insensibles, cruels, sans égards, qui n'attachaient aucun prix aux choses nobles – s'étaient assis, après avoir crucifié Jésus, et restaient là à Le regarder, nous dit Matthieu. Ils L'avaient dépouillé de Ses vêtements, puis, leurs regards s'étant posés sur ceux-ci, ils avaient vu la possibilité de se faire quelque argent. Ces hommes étaient avares ; toutes leurs pensées étaient tournées vers quelque espoir d'acquisition, de gain, de profit; oui, faire un profit d'une chose comme celle-ci! L’homme était-il jamais tombé plus bas que cela ? Crucifier un Homme; puis, en la présence même de Celui qui est mourant, penser uniquement à ce qu'ils peuvent tirer de Ses vêtements... Eux donc étant quatre, ils trouvèrent quatre objets; et chacun en prit un. Puis ils arrivèrent au cinquième, qu'ils reconnurent pour une robe toute d'une pièce; comme il n'y avait pas beaucoup à gagner à la partager en quatre, ils la tirèrent au sort. C'est à cela que tout se résume. Les dés Sont apportés et jetés; l'un des hommes a la chance et reçoit la robe sans Couture en plus de sa part. Tout cela semble être comme un détail horrible dans toute cette machination diabolique.

La robe sans Couture et la Souveraineté de Dieu

Et cependant, dans l'invisible, se tient le Dieu Tout-puissant, qui exerce Son pouvoir souverain et qui jette un pont sur cette brèche de plusieurs centaines d'années. Un psalmiste avait prophétisé sous l'inspiration de l'Esprit Éternel, et Dieu veille sur cette parole pour l'accomplir ; et les hommes les plus brutaux, cruels et insensibles, sont amenés inconsciemment sous cette souveraineté, afin que les Écritures s'accomplissent. Les plus mauvais des hommes même sont obligés à exécuter les conseils de Dieu, et cela souvent sans qu'ils s'en rendent compte. Dieu veille sur tout ce qui est à Christ, et cela à cause du principe qui est à la base de cette vérité, à cause de la portée spirituelle qu'elle a dans la pensée de Dieu.

Que signifie cette robe sans Couture ? Dieu a soin de Ses figures, de Ses prophéties, de Ses symboles même, jusqu'à ce qu'Il les amène à leur accomplissement. Aucun détail du prototype n'a été négligé dans son accomplissement, et il ne le sera pas; Dieu le dirige à travers tout et jusqu'au bout, dans Son pouvoir souverain. De quoi nous parle la robe ? Elle parle d'une unité que Christ représente et qui est indestructible, d'une unité qui est en Lui et qui ne peut être divisée. Elle signifie, en une vaste et glorieuse affirmation, que, en Christ victorieux, tout le mal causé par la chute a été mis de côté et que, en Lui, Dieu a assuré l'accomplissement de Sa pensée. Il n'y a plus ici aucune déchirure. Tout cela a été supprimé. Le vieux vêtement d'Adam a été détruit, et Dieu a introduit Sa nouvelle robe sans Couture, et Il l'a établie à la place où elle ne pourra plus jamais être déchirée. Satan ne peut l'atteindre. Le péché ne peut l'atteindre. Jusqu'à la dernière limite, tous les efforts ont été faits pour détruire cette robe, mais par Sa puissance souveraine Il a triomphé. Par la gloire de l'Esprit Éternel qui est en Lui, Il a vaincu. L'unité de Christ a été préservée par l'Esprit Éternel, et Il est là, dans une position relative, relative pour vous et pour moi. En d'autres termes, cela signifie que, par la foi en Christ, lorsque nous recevons le Saint Esprit, nous sommes unis à Christ et à toute Sa parfaite humanité.

Qu'est-ce que l'expression corporative ? « Jusqu'à ce que nous parvenions tous à l'unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l'état d'homme fait, à la mesure de la stature de la plénitude du Christ. », Éphésiens 4 :13

« Celui qui est uni au Seigneur est un seul esprit avec lui. », 1 Corinthiens 6 :17

Qu'est-ce que l'Église ? Qu'est-ce que le Corps de Christ ? C'est ce qui, par l'Esprit Éternel, est uni au Seigneur exalté et rendu parfait, en une même vie et en une même substance. Lorsque nous prenons le pain et la coupe, nous rendons notre témoignage au fait que nous communions par la foi et en esprit avec cette humanité parfaite. Nous contemplons, en d'autres termes, la face de Jésus Christ, et, à mesure que nous Le regardons, nous sommes transformés en la même image. Oh! si nous pouvions voir, d'un côté, tout ce que signifie Christ établi et Un, et comprendre ensuite que l’Église est l'expression de l'unité de Christ, de Sa parfaite unité, puisqu'Il vit en nous et que nous vivons de Lui. Pour employer l'expression que nous trouvons dans l'épître aux Colossiens, demeurons « attachés à la Tête ». Il n'est pas trop tard pour le Seigneur d'avoir, maintenant même, sur cette terre, une compagnie de Ses enfants qui veulent demeurer attachés à la Tête. Que veut dire demeurer attachés à la Tête ? Cela signifie, en un mot, permettre au Seigneur Jésus de se manifester en nous, dans Sa souveraineté absolue, de nous amener dans l'unité de l'Esprit, dans l'unité de la foi, dans l'unité du gouvernement qui vient des cieux. C'est là Je seul chemin pour parvenir à l'unité. Et c'est précisément dans ce domaine-là que se trouvent certaines choses contre lesquelles nous nous élevons. Nous arrivons en présence de Cette question: le gouvernement doit-il être ecclésiastique ou bien doit-il appartenir entièrement au Saint Esprit ? C'est là une chose d'une importance extrême – le gouvernement d'un système établi par les hommes ou bien le gouvernement exclusif du Saint Esprit. Obéirons-nous à un ordre qui nous sera imposé du dehors, ou bien serons-nous dirigés par la vie qui s'exprime de l'intérieur ? En un mot, le gouvernement doit-il être organisé, ou bien doit-il être organique?
Ce sont là des questions décisives. La réponse que nous leur donnerons dépend entièrement de la mesure où nous demeurons attachés à la Tête. Est-ce que ce sera le Saint Esprit, ou bien est-ce que ce seront les conseils des hommes ? La tête gouverne les membres. Les membres du corps ne conspireront pas et ne se concerteront pas entre eux pour dire à la tête ce qu'elle doit faire, ou pour établir des plans et des programmes pour elle. La tête ne demande pas non plus aux membres de concevoir des plans. Les membres sont simplement informés de ce que Sont les plans déjà établis, ou de ce que sera le pas à faire, et leur responsabilité commence et se termine par l'obéissance. Les ordres que nous recevons dépendent de la mesure où nous prouvons que nous demeurons attachés à la Tête. L'unité de Christ, dans Sa pensée, Son but, Ses voies, Ses moyens, Son temps, Son tout, cette unité exprimée dans Ses saints, voilà la chose que Dieu a en vue. Il n'est pas trop tard pour réaliser cela dans une assemblée.

Le vieil Adam n'est pas une unité pareille à cela, et c'est pourquoi nous avons une expression si contraire dans ce que l'on appelle l'Église. Des discordes, des divisions, des contradictions, des contrastes, des schismes, etc. ! Oh ! l'histoire de l'Église, en tant que chose terrestre, n'est qu'une suite de frottements internes. Mais Christ est Un, et je ne crois pas que nous puissions trouver trois ou quatre interprétations différentes des mêmes Écritures, si nous sommes sous le gouvernement du Saint Esprit. Je ne crois pas que nous puissions trouver trois ou quatre systèmes différents de gouvernement ecclésiastique, si nous sommes sous le gouvernement du Saint Esprit. Il est Un. Christ est Un. Remarquons-le, il ne nous appartient pas de dire: nous avons raison et les autres ont tort ! Gardons-nous d'un esprit comme celui-là ! Mais je dirai ceci: ayons soin d'avoir toujours la certitude que le fondement sur lequel nous nous appuyons n'est pas celui de nos études, de notre raison, de la comparaison que nous avons établie entre une chose et une autre, mais qu'il est celui de la souveraineté absolue et de l'autorité de la Tête, de Jésus Christ, par le moyen du Saint Esprit.

Nous parvenons à cette position : la Croix entre sûrement pour mettre de côté le vieil Adam avec tout son caractère de division, de discorde, son état déchiré et délabré. La Croix enlève, individuellement et collectivement, toute cette chose, ruinée dans son ensemble; elle est mise de côté. Enroulée comme un vêtement, elle est ensevelie à jamais, et dans la résurrection du Seigneur Jésus, c'est le Nouvel Homme qui paraît, une unité, un tout.

Nous pouvons éprouver notre relation avec le Seigneur Jésus de deux manières. C'est, premièrement, que nous trouvons dans notre propre être un triomphe progressif de ce qui en abolit la contradiction, une victoire progressive qui l'emporte sur le schisme de notre propre être ; nous constatons que Christ domine de plus en plus, et qu'Il nous amène dans cette paix glorieuse qui est la paix de l'harmonie. Cela demande naturellement beaucoup d'explications et de ruptures ; contentons-nous cependant d'en toucher un simple point pour comprendre ce que nous voulons dire, et cela nous ouvrira un vaste champ. A mesure que nous avançons avec le Seigneur et que nous marchons par et dans l'Esprit, autrement dit, à mesure que Christ devient le Maître en nous, ces terribles conflits vont en s'amoindrissant et en diminuant, et cette affreuse agitation, et ce manque de paix, qui sont le résultat de nos propres efforts pour comprendre les voies du Seigneur. La foi a écarté nos raisonnements; nous apprenons à nous confier au Seigneur, et la paix entre en nous. Nous allons en croissant, et la division, les conflits orageux de notre âme sont apaisés, sont calmés; Il nous amène dans une harmonie. Je crois que, à mesure que nous parvenons à la maturité spirituelle, il y a moins d'orages entre nous et le Seigneur, et nous avons plus de paix. Non pas que les choses deviennent plus faciles, non pas que les problèmes cessent d'exister, non pas que les mystères disparaissent, mais parce que la foi se confie au Seigneur, et que tout ce schisme de notre être est vaincu; et nous arrivons ainsi à un équilibre, à un aplomb, à un repos, à une stabilité. C'est l'unité de Christ en nous. Quand y parviendrons-nous ? Cela est déterminé non par le temps, mais par la souveraineté de Christ en nous. Cela peut se faire très rapidement ou peut être retardé; cela ne dépend que de notre abandon à Christ.

Ce qui est vrai en chacun individuellement, devient ensuite vrai parmi les saints, et nous Pouvons ici encore éprouver notre relation avec le Seigneur, notre marche avec Lui, par la manière dont Son amour domine sur ces éléments humains, sur ces choses naturelles qui nous séparent; car, bien que les choses naturelles soient encore là, bien que les hommes soient encore eux-mêmes, bien que le vieil Adam ne soit pas extirpé, il y a cependant quelque chose qui va en grandissant, et qui l'emporte sur tout ce qui est dans les autres – une patience, une compréhension, un amour; c'est la robe sans couture qui gouverne; car la beauté en est, pour ainsi dire, exprimée dans le Corps.

Tissée depuis le haut! Où cela se trouve-t-il ? Là où est la Tête. Tissée depuis le haut jusqu'au bas!

Rappelons-nous, pour conclure, que la robe sans Couture ne doit pas être tissée. Elle est déjà une réalité. L'unité de Christ n'est pas quelque chose qui doive être créé. Elle est déjà accomplie. Si imparfait que soit l'état du croyant ou de l'Église, tels que nous les voyons ici, le fait que nous sommes parfaits en Christ n'en est pas affecté. Une responsabilité repose sur nous, c'est de Le glorifier en vivant selon le fait établi dans les cieux. Nous avons à reconnaître que tous sont un en Christ, car

« Il y a un seul corps et un seul Esprit, comme aussi vous avez été appelés pour une seule espérance de votre appel. Il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême. Il y a un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tout, et partout, et en nous tous.», Éphésiens 4 :4-6

Nous devons revêtir la robe sans couture, et ne pas contredire par notre conduite le vêtement sublime et saint que nous portons.

« Que toute amertume, et tout courroux, et toute colère, et toute crierie, et toute injure, soient ôtés du milieu de vous. », Éphésiens 4 :31

Nous n’avons pas a confectionner le vêtement, il l’est déjà ; nous devons simplement nous y conformer.