A propos de T. Austin-Sparks
par LKW

A la lecture des écrits de T. Austin-Sparks s’il y a une chose qui devient clair c’est très peu d’attention et d’information sont données à propos de lui-même ou de sa vie, au lieu de cela toute l’attention est donnée à Christ en tant que sa Vie. Notre attention est continuellement détournée du messager vers Celui qui est le Message : « Car nous ne prêchons pas nous-mêmes, mais le Christ Jésus comme Seigneur, et nous-mêmes comme vos esclaves pour l’amour de Jésus.» (2 Corinthiens 4 : 5) Néanmoins pour ceux qui sont intéressés par la vie du messager et du travail de Dieu en lui, ce qui suit donne un résumé de ces choses.

« Monsieur Sparks », c’est ainsi qu’il était connu, est né à Londres en 1889. Il fut converti alors qu’il était encore jeune homme et devint plus tard un pasteur de l’église Baptiste. Mais sa carrière « ecclésiastique » pris un tournant décisif lors d’un dilemme physique qui l’amena à un point d’être un homme brisé. Au même moment le Seigneur le délivra d’un préjugé qu’il avait contre tout ce qui était lié à une expérience plus profonde et intime de la vie chrétienne. Cela l’amena à se joindre pour un temps à Jessie Penn-Lewis dont le ministère était d’encourager la croissance spirituelle des croyants, un ministère auquel il était entièrement consacré si bien que sa réputation et sa carrière dans les milieux confessionnels en Angleterre étaient compromises.

Il résidait dans la banlieue sud-est de Londres à Honor Oak, c’est là qu’était établie l’assemblée où il jouissait de la communion fraternelle. C’est à Honor Oak que Austin-Sparks et Watchman Nee se rencontrèrent lorsque ce dernier passa un an en visite à Londres en 1938. C’est ce lien qui unissait Austin-Sparks et Watchman Nee qui provoqua une scission entre Nee et les Frères étroits conduits par James Taylor. Il a été dit que Watchman Nee considérait T. Austin-Sparks comme son mentor spirituel ; leur communion semble en effet avoir été riche et fructueuse.

Alors que ses enseignements commençaient à être reconnus parmi ceux qui avaient un désir et un appétit plus grands en ce qui concerne la plénitude de Christ, les portes s’ouvrirent dans le monde entier et beaucoup reçurent ces messages soit à travers des conférences ou par les écrits. Plusieurs de ses messages donnés au cours de conférences étaient enregistrés, ces cassettes sont encore disponibles gratuitement aujourd’hui, comme le sont ses écrits. Il considérait que ce qui lui avait été par l’Esprit de Dieu devait être partagé librement avec le Corps de Christ. Ainsi il ne voulait pas que ses messages, écrits, transcrits ou bien enregistrés, ne soient vendus ni qu’ils soient liés par des droits d’auteur ; il désirait partager avec le Corps ce qu’il avait lui-même reçu de la Tête. Certains des messages de ce site avaient été enregistrés et ont été transcrits, d’autres sont issus de ses écrits.

La plupart de ses livres étaient apparus progressivement d’abord dans une publication éditée par T. Austin-Sparks lui-même et appelée « A Witness and A Testimony » Cette revue fut publiée de 1923 jusqu’à sa mort en 1971. Sur la première page de cette publication on peut lire :

Le but du ministère de cette petite publication bimestrielle, est de contribuer au but divin qui nous est présenté dans ce passage de la lettre aux Ephésiens : « …jusqu’à ce que nous parvenions tous à l’unité de la foi et de la connaissance (lit. la pleine connaissance) du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature de la plénitude de Christ : afin que nous ne soyons plus de petits enfants… » 4 : 13

Cette publication n’est liée à aucun « Mouvement », « Organisation » , « Mission » ni à aucun autre courant chrétien particulier, mais elle est un ministère à « tous les saints » Ce périodique est publié avec la prière et l’espoir qu’il en résultera une plus grande mesure de Christ, un niveau de vie spirituelle plus élevé et plus riche. Et ceci tout en amenant l’Assemblée de Dieu à une appréhension croissante de Sa volonté telle qu’elle nous est révélée dans la Parole en ce qui concerne l’aboutissement de toutes choses. Et afin que l’Eglise soit mieux qualifiée pour Lui être utile quant à l’établissement de Son témoignage parmi les nations, et quant à son accroissement en nombre de par ceux qui doivent être encore ajoutés par le Seigneur.