Le Besoin de l'Heure Actuelle
par T. Austin-Sparks

Lorsque nous considérons la situation de l’Église telle qu'elle se présente aujourd'hui, nous sommes de plus en plus clairement convaincus d'une chose : le plus grand besoin actuellement est d’avoir des hommes de vision ; des hommes de vision et de courage.

Mais quand nous parlons de « vision » nous entendons ce mot, non pas dans le sens qu'on lui donne si souvent, quand on parle d'un caractère entreprenant, qui voit grand et qui voit loin — mais dans le sens particulier que la Bible lui donne. Ce dont il est question ici, ce sont des hommes qui aient dans leur cœur une révélation divine, par le Saint-Esprit. Une révélation du vrai plan de Dieu pour la situation présente, une révélation de ce que Dieu désire pour aujourd’hui.

On peut mettre beaucoup de zèle et d'enthousiasme au service des besoins qui nous entourent, en accomplissant ce que nous pensons être nécessaire. Il en résulte une certaine activité, qui se traduit par des « mouvements » d'une sorte ou d'une autre. Mais c'est tout autre chose qui nous parait nécessaire (et combien plus nécessaire!) : ce sont des cœurs qui soient étreints par un fardeau, des instruments choisis qui puissent partager avec Dieu la préoccupation qui est la sienne à l'heure actuelle. Des cœurs épris d’une passion que les adversités ne décourageront pas.

Nombreux sont les serviteurs de Dieu qui sont pleins de zèle, de sérieux, entièrement dévoués à leur travail, et qui cherchent à être fidèles à l'œuvre à laquelle ils sentent que Dieu les a appelés. Il y a des prédicateurs dévoués, des hommes qui se dépensent sans compter en faveur du « Royaume de Dieu ». Nous n'ignorons pas tout ce labeur, et il y aurait beaucoup à dire encore sur la somme considérable de travail désintéressé qui s'accomplit, et pour lequel tant de cœurs généreux se sacrifient au nom du Seigneur. Nous ne sous-estimons pas tout cela. Pourtant il y a autre chose, et nous ne craignons pas d'insister : il y a très peu d'hommes, à notre époque, dont on puisse réellement dire : « Cet homme-là a reçu un message de Dieu pour l’heure actuelle!

Quand on s'est donné à Dieu pour Le servir, on peut se trouver dans deux situations différentes, mais quelle différence entre les deux! On peut, après sa conversion, se mettre à l'étude de la Bible, et puis entrer au service d'une « œuvre » ou d'une organisation chrétienne quand l'occasion se présente. L’alternative est d’être sous un ciel ouvert, sous l'onction d'En-haut, au bénéfice d'une révélation du Saint-Esprit. Soit nous devons fournir un effort continu afin de satisfaire aux exigences constantes du « ministère », ou bien nous attendre à l’Esprit Saint pour qu’il continue à révéler Christ en nous. C’est ici la différence bien réelle : entre la liberté et un joug de servitude, entre la plénitude et les limitations, entre la vie et la mort dans notre service pour le Seigneur. Ce qui est actuellement nécessaire c’est un service spirituel supérieur par rapport à ce à quoi nous sommes habitués. Il faut des hommes oints de l’Esprit de Dieu pour faire face aux besoins actuels.

Tous ceux qui reconnaissent la situation actuelle de l'Église, ne pourront contredire le fait qu'il y a quelque chose de tragique dans cette pénurie d'hommes ayant vraiment un message. Mais ce qui importe vraiment, ce n'est pas seulement qu'il y ait des hommes qui aient un message, c’est que ces hommes connaissent le message nécessaire, le message particulier que Dieu veut faire entendre aujourd’hui. Ce message doit venir de Dieu, et il doit être transmis par des hommes particulièrement choisis pour cela.

Ce service n'est pas quelque chose que l'on peut entreprendre au gré de nos convenances. Un service comme celui-là est généralement précédé d'une longue et douloureuse histoire personnelle avec Dieu, histoire pleine de mystère, qui vous entraine dans des profondeurs qui restent inconnues aux autres croyants. On passe par toutes sortes d'expériences, permises par Dieu, ou expressément voulues par lui, pour autant qu'elles doivent servir à la formation morale et à la préparation spirituelle de l'instrument, et lui faire acquérir de l'expérience. Bien souvent, il nous faut sortir des sentiers battus, nous remettre en question ; ces choses arrivent à la suite des agissements de Dieu dans nos vies.

Personne ne peut rien faire quant à la préparation de tels serviteurs, quelles que soient les préoccupations qu'on puisse nourrir à ce besoin. C'est là l'œuvre de Dieu, et de Dieu seul, et ces instruments-là doivent être laissés entre ses mains. Il peut nous arriver de désespérer de trouver de tels hommes, mais Dieu a ses serviteurs qu’il se réserve pour le moment opportun. Nous qui avons ce fardeau, nous devons demander à Dieu dans nos prières et nos méditations afin qu’il agisse.

Mais ce ne sont pas seulement des hommes de vision qu'il faut aujourd'hui au peuple de Dieu. Il faut également des hommes de courage ! Car il leur faudra plus de courage dans ce domaine-là que dans aucun autre.

Un message particulier aura pour effet, pour ne citer que celui-là, de créer une distance entre ceux qui l'ont reçu et ceux qui ne l'auraient pas reçu, et ceci donnera lieu à toutes sortes de possibilités. Même les meilleurs d'entre les serviteurs de Dieu, s'ils n'ont pas vu la chose, se tiendront à l’écart. Le résultat sera la solitude, et pendant longtemps peut-être, il faudra marcher seul. On vous regardera de travers, on se méprendra sur vos intentions, sur vos mobiles, on vous fera passer pour quelqu'un de tout autre que vous n'êtes en réalité, vous serez en suspicion, les portes se fermeront devant vous (pour autant que l'homme peut fermer les portes).

D'autre part, un mandat de Dieu n'est jamais limité à un simple exposé verbal de la vérité; il entraine toujours avec lui des décisions et des conséquences pratiques. Ces conséquences pratiques apparaitront aux autres comme la cristallisation de la vérité et ceux qui lui obéiront deviendront des hommes marqués par le message de Dieu. Ceci suscitera beaucoup d’opposition – l’obéissance à la vérité révélée suscite toujours des adversités de part et d’autre. Aussi, si Dieu nous octroie un entendement spirituel au sujet de son dessein en Christ, tel qu’il est décidé de toute éternité et révélé dans sa Parole, nous devons savoir que l’ennemi se manifestera contre une telle œuvre.

Il faut aussi comprendre que pour tout ce qui rentre dans la ligne du ministère ou de la révélation qu'a eus l'apôtre Paul, par exemple, il n'y a qu'un chemin où la vision céleste puisse être pleinement réalisée : c'est celui du détachement complet de toutes choses et c'est celui du courage dont Paul lui-même nous donne l'exemple.

Si nous prenons l’apôtre Paul comme exemple, nous savons que la seule façon d’accomplir un tel service c’est de tout abandonner pour le Seigneur et de se doter d’un courage qui fera face à toute éventualité.

Voici ce qu’il dit :

« Moi circoncis le huitième jour,
De la race d'Israël,
De la tribu de Benjamin,
Hébreu des Hébreux
Quant à la loi, pharisien;
Quant au zèle, persécutant l'assemblée
Quant à la justice qui est par la loi, étant sans reproche.
Mais les choses qui pour moi étaient un gain, je les ai regardées, à cause du Christ, comme une perte
. » (Philippiens 3 :5-7).

Ici nous avons une éducation religieuse, une tradition, un statut, une classe sociale, un prestige, une famille, des amis, une réputation – tout à été affecté par la révélation de Christ. Il abandonna toutes ces choses, qui étaient toute sa vie, parce que cela était inévitable au vu de la révélation qu’il a reçue.

Nous ajouterons enfin que même dans le cercle apostolique, Paul se retrouva bien seul (cf. 2 Timothée 4 :16).

Ainsi, le grand besoin actuel, c’est que Dieu suscite des hommes de vision, des hommes suffisamment courageux pour accepter d’en payer le prix.

Mais l'autre coté des choses est que Dieu attend ses serviteurs, afin qu’il puisse leur ouvrir les cieux et leur donner une mission à accomplir.

Pour qu'une vision céleste devienne une réalité, il faut que ce soit Dieu qui prenne l'initiative de son accomplissement.