Austin-Sparks.net

Mental ou Spirituel

par T. Austin-Sparks

Source : « Mental or Spiritual ». Publié pour la première fois dans le magazine « A Witness and A Testimony » Mars 1926, Vol. 4-3. (Traduit par Paul Armand Menye).

Il y a une grande partie de la compréhension intellectuelle de la vérité et de la doctrine qui ne touche pas la réalité, qui ne répond pas au besoin... Une personne peut connaître les Écritures de façon très approfondie et pourtant être la personne la plus maladroite, la plus acariâtre et la plus maussade dans la vie quotidienne ; ou bien elle peut s'engager dans des relations d'affaires, mener une négociation difficile et envoyer un autre homme dans le mur pour ses propres fins. Vous pouvez avoir toutes les connaissances et pourtant ne rien en tirer. C'est l'homme naturel qui reçoit sur la base de l'homme naturel. C'est une appréhension mentale de la vérité divine, et ce n'est pas vivant, ce n'est pas "l'eau de la vie, claire comme du cristal".

Les services peuvent être très beaux mais morts... Vous pouvez avoir des idéaux très élevés, des pensées sublimes, et pourtant il peut y avoir quelque chose qui rend tout cela inefficace et vous n'arrivez à rien. La chaire moderne va aussi loin qu'elle le peut, avec son propre équipement mental humain. Si un homme se trouve être plus érudit et mieux éduqué qu'un autre, son interprétation est considérée comme plus proche de la vérité que celle d'un autre. S'il peut donner à la Parole de Dieu une interprétation nouvelle, intéressante et fascinante qui satisfait l'esprit curieux de ses auditeurs, ceux-ci s'en vont avec l'idée que c'est la vérité. Ce n'est pas du tout un argument - aucun critère quelconque. Faire de tout cela une question d'érudition, c'est sortir de la route.

Moïse était instruit de toutes les connaissances des Égyptiens, et pourtant il a dû subir quarante ans d'isolement et de discipline. À la fin, Moïse a dû dire : "Je ne peux pas", et Dieu a pu dire : "Maintenant, je t'ai amené à un niveau où je peux dire : "Je peux". Avant que Saul de Tarse puisse aller quelque part pour Dieu, il a dû parler de cette manière : "Pécheurs, dont je suis le chef" ; "Je suis le plus petit de tous les apôtres et je ne mérite pas d'être appelé apôtre" ; "Ce que je considérais comme un gain, je le considère maintenant comme une perte" ; "Je ne l'ai pas reçu des hommes, mais il m'a été révélé" ; "Il a plu à Dieu de révéler son Fils en moi". Il ne s'agit pas là d'une réalisation objective, mais d'une expérience subjective, et entre les deux, il y a toute la différence qu'il y a entre la vie et la mort...

L'homme qui se vante d'être érudit et qui prétend que, parce qu'il a un front plus élevé que n'importe qui d'autre, il est plus proche de la vérité, est probablement le plus aveugle de tous les hommes... Dès que vous introduisez l'élément de l'homme naturel dans le ministère, vous le tuez. La rivière de l'eau de la vie, claire comme du cristal, ne coulera pas dans le canal de la chair.

Ce que vous offrez doit naître de l'Esprit de Dieu dans votre esprit, et ne doit pas être interféré par la chair. Dieu ne laissera pas couler le courant du ministère vivant jusqu'à ce que la chair soit mise à mort pour toujours et que ce ne soit plus moi mais Christ.


Afin de respecter la volonté de T. Austin-Sparks que ce qui a été gratuitement reçu devrait être gratuitement donné, ses écrits ne sont pas soumis aux droits d'auteurs. Aussi, vous êtes libres d'utiliser ces écrits comme vous vous sentez conduits, néanmoins nous vous demandons, au cas ou vous décideriez de partager des messages de ce site avec d'autres, de les partager librement -libre de tout changement, libre de tous droits et gratuitement.