Austin-Sparks.net

« En Esprit »

par T. Austin-Sparks

Source : « In the Spirit ». Édité et fourni par The Golden Candlestick Trust. (Traduit par Paul Armand Menye).

Le moyen d'échapper au temporel

L'expression " en Esprit " apparaît plusieurs fois dans le livre de l'Apocalypse. "En Esprit" représente le moyen d'échapper à la tyrannie et à l'accablement des conditions terrestres actuelles qui entourent et assaillent le peuple du Seigneur. Jean, qui était à Patmos, prisonnier, avec toutes les limitations terrestres qui lui étaient imposées, s'est échappé de Patmos et de toutes ces limitations, par le biais de l'Esprit, et s'est retrouvé dans un domaine beaucoup plus vaste, plus large, des choses telles qu'elles sont vues et telles qu'elles existent dans le ciel. Ce livre de l'Apocalypse montre, comme peut-être peu d'autres livres de la Bible le font, comment le ciel gouverne vraiment tout. C'est un livre sur la domination du Ciel. Le Ciel est entré à Patmos et a simplement transformé ce qui aurait été la fin de la vie d'un grand serviteur de Dieu dans la limitation, la souffrance et le martyre, en quelque chose d'extrêmement fructueux pour l'église à travers de nombreuses générations et pour l'éternité.

Il ne fait aucun doute que le ministère écrit de Jean a été d'une valeur inestimable pour le peuple de Dieu depuis qu'il a été accompli, et cela parce que le ciel est intervenu et s'est imposé face aux autres conditions qui, par l'interférence de Satan, avaient pour but de mettre fin au témoignage, de l'estropier et de le restreindre entièrement.

Le gouvernement des cieux


Ainsi, tout au long de ce livre, vous pouvez voir que dans les différentes connexions - les églises et l'église entière comme suggéré par l'église septuple, et ensuite au-delà aux nations, les royaumes de ce monde, et toujours plus loin dans les cieux où la grande bataille a lieu entre le grand dragon et la compagnie de l'homme-enfant, dans les systèmes de ce monde comme représenté ecclésiastiquement par Babylone la Grande, et industriellement par l'homme du péché. Dans tous ces domaines, et finalement jusqu'à la personne même de Satan, vous voyez une formidable manifestation de la façon dont finalement, en fin de compte (je ne veux pas dire en fin de compte dans un sens futur, mais après tout, quand tout est dit et fait) les cieux sont gouvernés. Il s'agit là, bien sûr, d'un fait important à reconnaître dans l'univers de Dieu - que les cieux gouvernent. C'est quelque chose que nous devons apprendre parmi nos nombreuses leçons ici dans notre vie avec le Seigneur, dans notre marche avec Dieu, qu'après tout, les cieux gouvernent, ils gouvernent, ils dominent.

L'aboutissement des activités du Seigneur

La seule chose qui découle de ce gouvernement et de cette domination des cieux, c'est que le Seigneur, à travers les adversités, les souffrances, les afflictions et les épreuves de son peuple, se dirige vers l'élargissement spirituel, le gain spirituel, la plénitude et la richesse spirituelles, dans le but de les servir. C'est la vocation qui est en vue.

Le livre commence par cela, illustré dans le cas de Jean. Vous remarquez comment il commence - "La Révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a donnée" - une déclaration remarquable - "pour montrer à Ses serviteurs" - Ses serviteurs, c'est tout au long - "les choses qui doivent arriver bientôt ; et Il l'a envoyée et signifiée par Son ange à Son serviteur Jean". Ses serviteurs ; Son serviteur. Cette signification, cette révélation (très complète dans ce cas) a été donnée à Jean avec tout, pour servir d'abord les églises et ensuite les saints jusqu'à la fin des temps, en relation avec toutes les vicissitudes et tous les événements de l'histoire du monde. Le fait est que, à partir de l'épreuve, de l'affliction et de la souffrance de cet homme, le Seigneur a apporté une révélation qui a fait de lui un riche ministre de l'Église, et cela se poursuit jusqu'à ce que nous trouvions le tout amené à sa plénitude et à sa consommation dans l'Église, telle qu'elle est représentée dans la ville. Le point culminant des activités de Dieu par son Esprit et le gouvernement de Ses cieux est qu'ici Dieu a un grand vase de ministère avec les sorties vers les nations, comme nous l'avons déjà vu.

C'est un aspect très pratique. S'il vous plaît, ne le placez pas simplement ou seulement dans un domaine objectif, comme quelque chose qui doit être regardé là. Il faut en saisir l'application personnelle et immédiate et cela se résume à ceci. Nous sommes individuellement dans le regard de Dieu, à travers l'épreuve, l'adversité, la souffrance, l'affliction et le chagrin et tout ce qui nous arrive par les activités de l'ennemi, nous sommes individuellement et personnellement dans le regard sous le gouvernement du ciel en vue d'avoir une mesure et une ressource spirituelle pour les autres. C'est la chose qui gouverne dans la pensée du Seigneur.

Il avait décidé avant les temps éternels de résumer toutes choses en Christ (Eph. 1:10), mais la transmission de ces "toutes choses" se fait par l'intermédiaire de l'église. Vous remarquerez que ces deux choses se déroulent en lignes parallèles. L'une - toutes choses en Christ - et ensuite toutes choses qui nous sont données en Christ. Ce n'est pas seulement pour nos fins et notre usage personnels, nous ne saurions pas quoi en faire, nous ne pourrions jamais dépenser cette richesse, mais la demande, une demande immense et de grande portée, se trouve au-delà ; dans cette vie, dans la mesure, mais plus tard dans la plénitude. Ainsi, si vous regardez du début à la fin de ce livre, vous voyez le principe d'abord indiqué dans Jean lui-même : un homme souffrant de bannissement, d'exil et de solitude et, pour autant qu'il le sache, de la mort à tout moment, et, pour dire le moins, beaucoup plus d'inconvénients et de limitations et étant coupé de la communion et du ministère ici-bas.

Si vous avez une petite expérience de l'enfermement, de la limitation, de l'incapacité de faire quoi que ce soit pour le Seigneur, vous savez peut-être un peu ce que Jean a vécu, quand vous vous souvenez de l'étendue et de la plénitude de son ministère, de la connaissance du Seigneur qu'il avait et de la grandeur de ses richesses. Car il était un homme très âgé à cette époque, il a survécu à tous les autres apôtres, il avait une grande richesse. Et voici cet homme avec une telle vie, une vie longue et bien remplie, une vie de richesses et de ressources énormes, enfermé, juste banni et coupé de toute opportunité, seul. Eh bien, c'est une voie très dure pour la chair, mais en cela et par-dessus cela, les cieux ont régi pour voir que cela a été l'occasion même du don de la richesse qu'il avait, à l'église pour tous les temps.

Bien sûr, la même chose est si clairement visible dans la vie de Paul. Quelle richesse l'église a eue à travers toutes ces générations, ces siècles, parce que Paul est allé en prison et a écrit ces dernières lettres. Après tout, quelle serait la perte pour le Nouveau Testament si l'on devait supprimer les lettres de Paul en prison ; une accumulation de richesses à l'intérieur, puis une suppression d'opportunités à l'extérieur, afin de rendre possible un ministère plus important. Il est difficile, bien sûr, d'accepter cela en pratique, bien que nous le voyions si clairement ici dans le cas d'autres personnes.

Eh bien maintenant, voici Jean au début, représentant ce gouvernement des cieux, et puis vous arrivez à la fin avec la ville et les souffrances de l'église, tout ce que l'église a traversé. Elle est considérée comme une église d'une telle mesure, d'une telle plénitude. Si vous prenez ces mesures littéralement, vous avez quelque chose d'immense. Douze mille stades ; eh bien, quelle est la taille de la ville en kilomètres ? Il ne faut pas le prendre au pied de la lettre, bien sûr. L'idée, encore une fois, est la taille. Ces chiffres sont symboliques. Vous prenez la mesure de la muraille, par exemple : cent quarante-quatre coudées, une coudée faisant environ dix-sept pouces, puis vous refaites votre calcul mental, et vous voyez combien de pieds la muraille fait en largeur et en hauteur, et vous n'avez jamais affronté une muraille comme celle-là ! Ensuite, vous allez plus loin et il devient ridicule, vu d'un point de vue littéral, que la ville soit aussi haute qu'elle est large, qu'elle est carrée. C'est un cube. Eh bien, c'est une idée ridicule que d'avoir une ville comme celle-là au sens littéral, mais toute la force de cette idée est que vous avez ici quelque chose d'immense, quelque chose de grand, ici c'est la mesure, ici c'est la plénitude, ici c'est l'exhaustivité. Et c'est à partir de cette plénitude et de cette mesure, pour utiliser le mot de Paul : cette stature, ce ministère avance, et c'est tout le fruit du gouvernement des cieux sur les œuvres de l'ennemi et les souffrances des saints.

Nous passons par des souffrances dans notre relation avec Lui, des choses par lesquelles nous ne passerions pas sans notre relation avec Lui. Une très grande partie des expériences des croyants est simplement due à leur relation avec le Seigneur et les choses du Seigneur. S'ils étaient dans le monde, ils obtiendraient un très grand nombre de choses qu'ils n'obtiennent pas : s'ils étaient dans le monde, ils n'obtiendraient pas un très grand nombre de choses qu'ils obtiennent. Le Seigneur ne nous permet pas d'aller dans cette direction sans avoir définitivement, positivement, en vue les richesses à administrer, et je ne vois pas comment le Seigneur pourrait prendre une vie à travers une discipline et une souffrance profondes pour ensuite placer cette vie dans une sphère limitée, enfermer cette vie là où ses valeurs sont perdues, relier cette vie à quelque chose qui n'est pas une dépense pour ce qu'Il a mis dedans. C'est pourquoi, lorsque je regarde les uns et les autres et que je les vois passer par là, je suis obligé de dire que la souveraineté de Dieu a quelque chose en vue quant à l'administration de cette vie, et je ne peux jamais accepter quelque chose de petit. C'est une loi céleste écrite dans toute la Parole de Dieu et dans l'expérience de Son peuple, et si le Seigneur juge bon de nous permettre d'être limités de bien des manières terrestres et de voir nos libertés ici réduites, c'est à la mesure du ciel, pour un ministère céleste.

Si vous aimez vous pencher sur la Parole de Dieu, vous constaterez que c'est exactement comme cela que les choses se sont passées depuis le début et, dans ce livre, vous ne pourrez pas vous y tromper. Les principes qui sous-tendent la Parole de Dieu sont des principes très forts et établis, et pour moi, c'est la clé de la Parole de Dieu.

Je peux simplement dire ceci ici. Il fut un temps où l'on essayait de faire ce que tout le monde essaye de faire : démêler une chose telle que le livre de l'Apocalypse, l'insérer dans l'histoire et l'interpréter de manière satisfaisante. Certaines personnes semblent y parvenir à leur propre satisfaction, mais il y en a des milliers d'autres qui ne sont pas d'accord et qui peuvent le bouleverser très facilement. Il n'y a pas de finalité dans l'interprétation de ce livre. Il y a des dizaines, des centaines, d'interprétations du livre de l'Apocalypse. On n'arrive à rien avec cette ligne. La clé des Écritures et de ce livre réside dans ses principes spirituels, et c'est la seule voie qui satisfasse le cœur. Ainsi, qu'il s'agisse de ceci ou de cela, cessons de nous en préoccuper. La question est de savoir ce qui se cache derrière cette pensée divine. Quel est le principe qui est à l'œuvre dans tout cela ? C'est ainsi que j'ai cessé de m'inquiéter de savoir où se trouvait exactement l'île de Patmos, bien qu'on puisse l'identifier, et sous quel règne elle a eu lieu, et ainsi de suite - les aspects purement terrestres des choses.

Maintenant, qu'est-ce qui se cache derrière tout cela ? Ce que je vois, c'est le diable, par l'intermédiaire d'un dirigeant sur cette terre, déterminé à détruire le témoignage de Jésus et à y mettre fin, et donc à bannir ceux qui le défendent sur la terre, et les cieux qui interviennent et s'emparent de l'œuvre même du diable et la font servir à la fin que le diable a essayé de faire échouer. C'est ce que je vois comme principe tout au long du processus.

Vous ne devez pas être trop littéral dans votre mentalité lorsque vous arrivez à Apocalypse 12 et à un grand dragon et un homme-enfant capturés, et vous avez des images mentales de ces choses qui se produisent littéralement. Eh bien, chassez vos images mentales, et ce que vous verrez, c'est qu'il y a une compagnie du peuple du Seigneur sur la terre, traversant tout ce que l'enfer peut leur faire subir, et ensuite l'enfer est vaincu et cette compagnie du peuple du Seigneur est amenée à une place d'ascendant spirituel absolu sur le trône (pas un trône littéral), une place d'ascendant spirituel, et tellement que l'ascendant que Satan et son royaume détenaient dans les cieux lui est enlevé. Il l'a perdue, et le Seigneur l'a fait par l'intermédiaire d'une compagnie de personnes qui ont souffert.

Les cieux ont régné. C'est le principe qui prévaut tout au long de l'histoire, alors croyez-le. Si vous traversez vraiment une période de test, d'essai, ou si vous traversez une telle période et qu'il semble qu'il y ait des restrictions et des limitations, croyez que cela tient bon. Le Seigneur prend la mesure spirituelle d'une manière intérieure. Il s'agrandit, si extérieurement Il se rétrécit, et c'est qu'il y aura des richesses à distribuer. C'est la première chose qui ressort de cette compagnie en Esprit, c'est-à-dire de ne pas simplement marcher selon l'esprit naturel des choses, mais d'être là où nous avons l'interprétation de Dieu.

Ce que cela signifie d'être "en Esprit"

Peut-être serait-il utile et recommandable, pour le bien de certains, de s'arrêter sur une question de simplicité, car cette expression " en Esprit " peut ne pas être saisie, ou il peut y avoir une certaine mentalité de quelque chose de mystérieux, mystique et occulte. Cela signifie simplement que si nous sommes le peuple du Seigneur, nous avons le Saint-Esprit. Si nous sommes venus au Seigneur, nous sommes nés de l'Esprit et en étant nés de l'Esprit, intérieurement, au plus profond de notre être, l'Esprit du Seigneur réside. Il établit maintenant un tout nouveau système de choses, un nouveau système d'idées et de valeurs par lequel nous serons gouvernés, un système de pensées et de valeurs différent du nôtre.

Notre grande leçon ici, en tant que chrétiens, c'est d'apprendre ce que l'Esprit pense des choses, et de soumettre nos jugements, nos pensées et nos idées au Saint-Esprit ; pas même si nous pensons qu'une chose est vraie, en la prenant pour telle, pas même si nous croyons que telle ou telle voie est la bonne à suivre, sans aller voir le Seigneur et Lui soumettre. "Seigneur, je sens que c'est la bonne chose à faire, mais est-ce que Tu penses la même chose ?". Nous devrions apporter les choses au Seigneur, nous en remettre au Seigneur sur toutes choses, car Son esprit est tellement différent du nôtre, même sur des choses que nous pouvons penser être justes.

Paul a dit à propos de son ancienne vie : "J'ai pensé en vérité avec moi-même que je devais faire beaucoup de choses contraires au nom de Jésus. C'était pour moi une question de conscience ; personne ne m'aurait convaincu que j'avais tort ; je croyais avoir raison dans ce que je faisais." Le fait est qu'il n'aurait pas pu se tromper davantage. Au moment où il était le plus convaincu qu'il devait faire ceci ou cela par conscience envers Dieu, il faisait vraiment le plus grand mal qu'un homme puisse faire. Il s'agit là d'un cas, bien sûr, qui a été approfondi, mais la même chose se produit en nous. Nous pouvons penser que la chose est parfaitement correcte, et pourtant le Seigneur peut ne pas être du tout d'accord avec nous, et c'est là que réside la nécessité d'aller vers le Seigneur et de tout Lui soumettre, et de donner au Seigneur l'occasion de nous montrer qu'après tout, ce n'est pas Sa pensée, et certainement pas Sa pleine pensée.

Toute notre vie est ce genre de chose, un simple défi à notre esprit. "Soyez transformés par le renouvellement (ou la rénovation) de votre esprit" (Rom. 12:2), comme le dit Paul. C'est cela la vie dans l'Esprit. Un homme ou une femme qui se tient près du Seigneur et qui soumet tout au Seigneur, vivra une vie dans l'Esprit et obtiendra donc des conceptions, des jugements et des valeurs célestes, et découvrira que la façon dont ils regarderaient naturellement les choses n'est pas du tout la bonne ; le Seigneur voit les choses tout à fait différemment. C'est cela, tout simplement, la vie dans l'Esprit. Si l'Esprit est en nous, nous sommes tous appelés à vivre une telle vie. Aucun d'entre nous ne vit cette vie à la perfection, mais nous apprenons à marcher selon l'Esprit.

Alors, quand cela arrive, comme nous l'avons dit, nous trouvons le moyen d'échapper à la tyrannie de la terre et nous voyons les choses comme elles sont vues au ciel, comme le montre ce livre. Les églises sont vues d'un tout autre point de vue, et les nations aussi, et on voit que les cieux dominent toute la situation ici. Et lorsque les vrais serviteurs du Seigneur sont concernés, il s'agit de les mettre en position d'exercer ces choses spirituelles : compréhension spirituelle, connaissance spirituelle, interprétation spirituelle, pour le bien, en premier lieu, du peuple du Seigneur lui-même.

Philippe comme un homme dans l'Esprit


Cette question d'être en Esprit est une question (et ici je vais seulement faire une suggestion) qui pourrait être suivie avec beaucoup de profit à travers le Nouveau Testament, et pas seulement en surface, mais en prenant un exemple ici et là et en concentrant l'attention de la prière sur cet exemple pour l'approfondir.

Vous pourriez prendre, par exemple, le cas de Philippe. Philippe était en Samarie ; il y avait un grand travail en cours en Samarie, et Philippe était instrumental dans ce grand travail, il y avait tout un réveil. L'Esprit a parlé à Philippe et lui a dit de quitter cette scène d'activité extraordinaire et de ministère très fructueux, où il avait une grande place et où les choses se passaient, et lui a dit d'aller dans le désert.

Eh bien, vous pouvez voir immédiatement comment l'esprit naturel pourrait entrer en conflit avec l'esprit spirituel, et tous les arguments du point de vue terrestre diraient : "Eh bien, cela ne peut pas être la pensée de Dieu !" Cependant, Philippe est un homme gouverné par l'Esprit, il est dans l'Esprit, et donc il met simplement de côté les raisonnements naturels. Et vous savez, les raisonnements naturels sont très difficiles à gérer lorsqu'ils entrent dans le domaine des événements spirituels réels. Il est si facile de "spiritualiser" l'esprit naturel. Si vous ne comprenez pas, ne vous en faites pas. Mais étant dans l'Esprit, Philippe s'en alla, se promena apparemment dans le désert, puis il vit venir ce char, et il remarqua que l'homme lisait. Et l'Esprit lui dit : "Approche-toi, et joins-toi à ce char". Il entendit alors l'homme lire le prophète Isaïe. Le résultat fut que l'homme fut sauvé et, à sa demande, il fut baptisé (Actes 8:26-40).

Je m'aventure à suggérer que l'esprit naturel aurait pu sauter là-dedans et dire : " Est-ce une porte ouverte pour moi vers l'Éthiopie ? Voyant que cet homme est si grand en Éthiopie, je vais entrer directement au siège, dans le palais même - une grande opportunité ! Je vais saisir l'occasion !" C'est ainsi que l'esprit naturel se "spiritualise" si souvent. Et donc il aurait pu suivre cela et pêcher une invitation et probablement l'aurait-il obtenue et un grand accueil : "Reviens avec moi dans mon pays et je te ferai aumônier à la cour de la Reine !" Non, l'Esprit a emporté Philippe. L'Esprit fait des choses extraordinaires. Le fait est qu'il est un homme dans l'Esprit.

Quand vous entrez dans les choses, vous pouvez voir comment l'esprit naturel pourrait se projeter dans les choses spirituelles et donner des interprétations aux choses et dire : "Eh bien, c'est manifestement la voie du Seigneur pour moi !". Mais un esprit gouverné par l'Esprit, une vie gouvernée par l'Esprit, ne fait pas ce genre de choses. Si vous suivez la suite - où Philippe est allé et où Philippe a été trouvé - vous ne tarderez pas à tomber sur un autre exemple de la même chose.

Pierre comme un homme dans l'Esprit

Pierre est à Joppé, et Pierre est en Esprit et l'Esprit montre à Pierre quelque chose au sujet de cet homme Corneille là-haut, à l'autre bout du pays. L'Esprit commence à parler à Pierre. Eh bien, l'esprit naturel de Pierre entre en jeu et commence à se disputer au sujet de ce drap de bain et de ces créatures impures. Mais un homme qui est en Esprit surmontera ses difficultés, ses arguments, et maîtrisera ses raisonnements naturels. L'Esprit maîtrisera si cet homme cherche vraiment à marcher par l'Esprit. Cela ne veut pas dire qu'une vie dans l'Esprit ne se heurte jamais à des problèmes, à des perplexités ou à des difficultés, que nous n'avons pas de moments où nous restons immobiles et où nous disons : "Non, Seigneur, rien de tel ne m'est jamais arrivé, et donc cela ne peut pas arriver maintenant". Mais voici un homme qui était vraiment en prière sur le toit, ce qui signifie qu'il tendait vraiment la main au Seigneur pour le gouvernement de sa vie, et bien que les difficultés surgissent, parce que c'est un homme vraiment abandonné au Seigneur et vivant sa vie dans l'Esprit, ces autres choses sont dépassées et l'Esprit fait son chemin. Et Pierre et Corneille sont réunis, et nous avons cette formidable contrepartie de la Pentecôte dans la maison de Corneille, et de manière étonnante, Pierre est l'homme même qui ouvre la porte du royaume aux Gentils. Le grand mouvement ultérieur de l'Esprit de Dieu visant à établir la relation entre Juifs et Gentils dans une seule Église commence par Pierre. Cela s'est produit à Jérusalem, le quartier général juif ; maintenant, cela se produit à Césarée parmi les païens (Actes 10). Mais c'est ce qui se passe dans une vie dans l'Esprit.

Ainsi, vous parcourez les Actes des Apôtres et vous voyez des mouvements de l'Esprit, et vous entrez en eux et vous pouvez voir ce que cela signifie d'être dans l'Esprit, comment les jugements naturels, les arguments naturels, les pensées naturelles, même dans le domaine des choses spirituelles, sont régulièrement surmontés et mis de côté et écartés par le Saint-Esprit, et le Seigneur dans cette ligne obtient tellement pour les autres.

Et le livre de l'Apocalypse est ce que le Seigneur va finalement obtenir pour les autres par cette opération de l'Esprit.

Un peuple en parfaite harmonie avec l'Esprit

Vous avez donc cette phrase répétée : "J'étais dans l'Esprit". Et quel est le point culminant ? Quelle est la dernière chose dans la Bible et la dernière chose dans le livre de l'Apocalypse ? "Et l'Esprit et l'épouse disent : Viens." Cela, bien sûr, a été interprété par la plupart des exposants comme la réponse de l'église à l'annonce du Seigneur : "Voici, je viens bientôt... Et l'Esprit et l'épouse disent : Viens." Je ne suis pas sûr que cela soit tout à fait juste, il y a des raisons de mettre cela en doute que nous ne discuterons pas pour le moment. Je pense que c'est plutôt ceci : que l'Esprit et l'épouse disent maintenant "Viens", à celui qui entend et à celui qui a soif. C'est ce ministère d'un vase parfaitement harmonisé avec l'Esprit.

Vous voyez, tout cela est tellement fidèle au principe qui le traverse. L'épouse représente ce qui est totalement abandonné au Seigneur, au maître, à la tête, à l'époux - l'abandon total - et le Saint-Esprit a travaillé tout au long des siècles pour obtenir une harmonie parfaite entre le peuple du Seigneur et le Seigneur Lui-même, afin qu'il y ait une fusion complète entre eux et l'Esprit dans Son dessein.

Si l'on se réfère encore à l'histoire de l'Ancien Testament que nous avons déjà mentionnée précédemment, le serviteur d'Abraham allant chercher la fiancée Rebecca pour Isaac, vous vous souvenez du moment où Eléazar a demandé à Rebecca, l'a interpellée, pour savoir où elle allait. Et alors son père lui posa la question délibérément : "Veux-tu aller avec cet homme ?" Et elle répondit : "J'irai" (Gen. 24:58). Si Eléazar représente le Saint-Esprit venant de la maison du Père pour trouver et ramener une épouse pour le Fils, il doit y avoir un moment où une décision est prise, décision à partir de laquelle il y a un départ avec l'Esprit qui est une unité progressive et une harmonisation avec les pensées et les objectifs de l'Esprit concernant le Fils. C'est un processus, un processus de longue haleine en général. C'est un long voyage spirituel. Cette harmonisation avec l'Esprit ne se fait pas d'un seul coup. Ce n'était pas le cas pour les apôtres, même pour Pierre, c'était un processus de toute une vie. C'est un processus qui amène un accord parfait et une harmonie entre l'enfant de Dieu, les enfants de Dieu et le Saint-Esprit quant à ses pensées pour la satisfaction du Père dans le Fils. Lorsque cet accord parfait est assuré, l'instrument est tellement uni à l'Esprit qu'un ministère très fructueux se met en place. L'Esprit et l'épouse disent : "Viens".

Je pense qu'il y a quelque chose là-dedans comme principe pour le service actuel. Ne pensez-vous pas que si le serviteur du Seigneur était individuellement, personnellement, et si l'église du Seigneur, étaient tellement en harmonie avec le Saint-Esprit en ce qui concerne les pensées de Dieu au sujet de Son Fils, il y aurait un apport beaucoup plus efficace des non sauvés, des nécessiteux, de ceux qui entendent et de ceux qui ont soif ? En d'autres termes, ne se peut-il pas qu'il y ait une telle disparité entre les idées des serviteurs du Seigneur et de l'église d'aujourd'hui dans le travail chrétien, et l'esprit et l'objet du Saint-Esprit, qu'il y ait inefficacité ? Eh bien, dans la mesure où vous et moi désirons être les serviteurs du Seigneur, c'est-à-dire avoir de la valeur dans le ministère du bien spirituel auprès des autres, veillons à ce que cela soit fondé, en dernier ressort, sur une harmonie parfaite entre nous et l'Esprit, afin que l'accord soit complet : "L'Esprit et l'épouse disent : Viens." A qui ils disent cela n'a pas d'importance pour le moment, que ce soit au Seigneur ou à celui qui entend et qui a soif.

Le fait est que cette harmonie et cet accord entre ceux qui sont représentés par l'épouse et l'Esprit sont essentiels pour que quelque chose se produise. C'est quelque chose d'énorme dans le sens d'un principe efficace dans l'accomplissement du dessein de Dieu, et c'est là que nous arrivons à la fin de tout dans la Bible - une harmonisation entre l'Esprit et ceux que l'Esprit a appelés, dans un grand ministère d'apport des plénitudes de Christ qui vont être exercées même après cette dispensation. Et, comme nous l'avons toujours dit, elles seront exercées par cette église, hors de cette ville, mais la nécessité d'une unité complète s'impose.

Nous sommes probablement confrontés à cette même loi de l'accord parfait avec le Saint-Esprit sous une forme ou une autre presque chaque jour de notre vie. Cela peut donner lieu à de petites batailles, comme celles que Pierre a eues avec Corneille et les païens, à de petites controverses avec le Seigneur : "Pas ainsi, Seigneur. Il n'y a jamais rien eu de tel auparavant !" Et le Seigneur peut avoir à passer par-dessus beaucoup de traditions, beaucoup de choses établies, beaucoup de choses qui ont toujours été et qui doivent donc toujours être, par-dessus beaucoup de choses qui n'ont jamais été auparavant et qui ne devraient donc jamais être maintenant. Nous sommes fixés, nous avons tant de précédents dans nos vies, tant d'antécédents, et cela forme un fond de controverses. Mais nous arrivons à un endroit où nous sommes tellement dans l'Esprit que cela n'a pas d'importance. Si tout a été comme ça, le Seigneur peut faire en sorte que tout soit complètement différent s'Il le veut dans le futur. Si rien n'a été comme cela auparavant, le Seigneur peut avoir tout ce qu'Il veut à l'avenir - un endroit parfaitement clair.

Vous pouvez voir dans le cas de Samuel une très belle illustration de cette même chose. Il y avait un état de choses dans lequel les gens n'avaient aucune oreille pour entendre ce que l'Esprit disait ou voulait dire. Le pauvre vieil Eli, le représentant de toute la nation, était aveugle et sourd, il était dépassé, et donc le peuple n'entendait ni ne voyait, et le Seigneur a pris un petit enfant, un enfant dès l'enfance, vierge de cette tradition. Samuel et David sont les deux seuls dans la Bible à ne pas être de la famille sacerdotale à porter un éphod. Bien que Samuel ait été de la famille lévitique, il n'était pas de la famille sacerdotale, mais il est dit : "Samuel faisait le service devant le Seigneur, étant enfant, et il était ceint d'un éphod de lin" (1 Sam. 2:18). Et vous vous souvenez de l'occasion où David portait un éphod (2 Sam. 6:14). David n'était pas de la famille sacerdotale ou lévitique. Mais en voici un, Samuel, complètement hors de la tradition, et le Seigneur le prend en charge. Il n'a rien à désapprendre, il n'a pas beaucoup d'antécédents dont il faut se débarrasser, le Seigneur commence à un endroit très clair et celui-ci entend ce que l'Esprit dit, entend le Seigneur.

Il faut que ce soit comme ça : que nous n'ayons rien en arrière-plan qui contredise le Seigneur, qui dise : "C'est comme ça que ça a toujours été fait et c'est la chose établie, reconnue". Le Seigneur ne l'acceptera pas. Il dira : "Aussi vrai que cela puisse être, je vais faire quelque chose de nouveau. Me laisserez-vous faire quelque chose qui n'a jamais été fait auparavant ? Voulez-vous vous tenir seul avec Moi juste en face de tout cela ?" Et alors vous trouvez que le Seigneur obtient un endroit parfaitement clair où, comme à travers un enfant sans histoire pour s'interposer, Il obtient cette voie, ce canal, où Il peut entrer, et ainsi établir cela : "L'Éternel... ne laissa tomber à terre aucune de ses paroles (celles de Samuel) " (1 Sam. 3:19). Voilà l'efficacité à la lettre, chaque mot était efficace.

Eh bien, nous ne nous attarderons pas davantage sur ce point pour le moment. J'espère que nous sommes capables de voir dans nos cœurs qu'il y a une vie en Esprit, et que cette vie en Esprit a pour objet de réaliser la perfection, l'harmonie, entre nous et le Saint-Esprit dans Ses pensées du Père concernant le Fils. Et lorsque cette harmonie est réalisée, le ministère est très efficace et très fructueux ; rien ne tombe à terre. L'Esprit et l'épouse se confondent, ils ont une seule voix ensemble.


Afin de respecter la volonté de T. Austin-Sparks que ce qui a été gratuitement reçu devrait être gratuitement donné, ses écrits ne sont pas soumis aux droits d'auteurs. Aussi, vous êtes libres d'utiliser ces écrits comme vous vous sentez conduits, néanmoins nous vous demandons, au cas ou vous décideriez de partager des messages de ce site avec d'autres, de les partager librement -libre de tout changement, libre de tous droits et gratuitement.