Austin-Sparks.net

L'Amitié avec Dieu

par T. Austin-Sparks

Source : « Friendship With God ». Publié pour la première fois dans le magazine « A Witness and A Testimony » Mai-Jui 1971, Vol. 49-3. (Traduit par Paul Armand Menye).

« Et l'Éternel parla à Moïse face à face, comme un homme parle à son ami » (Exode 33:11).

« N'est-ce pas toi, ô notre Dieu, qui as chassé les habitants de ce pays devant ton peuple d'Israël, et qui l'as donné à la postérité d'Abraham, ton ami, pour toujours ? ». (2 Chroniques 20:7).

« Mais toi, Israël, mon serviteur, Jacob que j'ai choisi, la semence d'Abraham mon ami » (Esaïe 61, 8).

« C'est par la foi qu'Abraham, mis à l'épreuve, offrit Isaac ; en effet, celui qui avait reçu avec joie les promesses offrait son fils unique, celui à qui il avait été dit : On appellera ta postérité en Isaac ; considérant que Dieu est capable de ressusciter, même d'entre les morts, d'où il l'a aussi recouvré en parabole » (Hébreux 11:17-19).

« Et l'Écriture s'accomplit, qui dit : Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice ; et il fut appelé l'ami de Dieu » (Jacques 2:23).

Il y a beaucoup de choses étonnantes dans la Bible. Peu d'entre elles, cependant, le sont plus que celle-ci - que Dieu désire un ami.

Nous pourrions penser que Dieu peut très bien se passer d'hommes dans cette relation avec Lui-même. Je dis que c'est une pensée étonnante que Dieu, dans toute Son autosuffisance, Sa plénitude, Sa puissance créatrice, veuille un ami, mais c'est ici – « Abraham mon ami » ... « l'ami de Dieu ».

Ceci, chers amis, est la seule chose à l'esprit de Dieu derrière toutes ses étranges manières. Dans toute la Bible, il n'y a probablement personne qui ait eu plus de raisons qu'Abraham de penser que les voies de Dieu étaient très étranges. Comme ces voies étaient étranges ! Et elles étaient rarement faciles. Presque chaque pas, si ce n'est chaque pas, était empreint de perplexité. Mais Dieu était gouverné dans tous ses rapports avec Abraham par cette seule idée et cette seule pensée : avoir un ami, et amener un homme dans une relation telle avec Lui-même qu'il puisse parler de lui comme de « Mon ami ».

Vous savez, bien sûr, que ce titre et cette relation sont liés de manière particulière et spéciale à Abraham. Il y a des choses merveilleuses dites sur d'autres hommes - Moïse, Daniel (« O homme grandement aimé ») - mais « Mon ami » est le titre unique d'Abraham. Pour comprendre cela, il faut revoir le chemin par lequel Abraham a été conduit et comment il est finalement arrivé dans le cœur de Dieu.

Bien qu'il faille toute la vie d'Abraham pour rendre compte de l'intégralité de cette sublime communion, il ne fait guère de doute, je pense, qu'elle est liée, dans son ensemble, à cet incident que nous venons de lire : l'appel à offrir son fils Isaac. Pensez seulement à ce que cela signifiait réellement pour Abraham ! Dieu l'a-t-il appelé d'Ur des Chaldéens, à tout quitter et à sortir, sans rien lui dire de plus que qu'il le conduirait dans un pays ? Si nous savions tout, nous verrions que ce n'était pas un petit pas, car il y a tout lieu de croire qu'Abraham était un homme prospère et grand à Ur. Dieu l'a-t-il fait sortir ? Dieu lui a-t-il promis un fils, puis s'en est allé et l'a laissé sans tenir sa promesse ? Dieu a-t-il lié toute sa vie à cette promesse et à ce fils ? La justification même de son départ de ce vieux pays, de son abandon de tout, était concentrée et centrée sur ce fils. Toute la vie d'Abraham, la justification de sa vie, et tout ce qu'il y avait dans sa vie, était centré sur ce fils. Tous les commandements et toutes les directives de Dieu à Abraham ont abouti à Isaac. Dieu a-t-il ainsi appelé, ainsi guidé, ainsi promis ? A-t-il fait d'Isaac le réceptacle exclusif de son dessein divin, l'explication et la signification de toutes ses promesses à Abraham, de sorte qu'Abraham n'avait pas d'autre choix qu'Isaac ? Abraham a essayé une alternative et a découvert que Dieu n'était pas là. Il a essayé de passer par Ismaël, mais il a découvert que ce n'était pas une solution. Il n'y avait pas d'autre solution pour sa vie pour Dieu, sa connaissance de Dieu, son histoire avec Dieu, qu'Isaac. Si Isaac n'avait pas existé, sa foi aurait été vaine, car il n'avait rien d'autre. Dieu l'aurait laissé tomber, et sa vie aurait été un échec.

Naturellement, si Isaac n'existait pas, ou s'il était mort, cela aurait eu d'énormes conséquences. La conséquence la plus évidente aurait été qu'Abraham avait été induit en erreur, trompé, et qu'il avait suivi une fausse voie ; que Dieu s'était moqué de lui et l'avait attiré dans un piège. Il avait suivi Dieu d'une manière qu'il croyait de tout son cœur être la voie de Dieu pour lui, et il s'était engagé sans réserve dans ce qu'il croyait être la voie de Dieu pour sa vie. Et tout cela était centré sur Isaac.

Puis vint le moment : « Prends ton fils, ton fils unique, que tu aimes... et offre-le » (Genèse 22:2). Chers amis, nous ne saurions trop insister sur la gravité de la crise à laquelle Abraham était arrivé. C'était une chose énorme pour lui ! Cela aurait pu soulever la question de savoir quel genre de Dieu était son Dieu, ou qui était ce Dieu à qui il avait donné sa vie, et il y a beaucoup d'autres questions et implications. Tous ses conseils, sa consécration, ses longues années d'attente et de travail, son obéissance fidèle - et maintenant, d'un seul coup, il semblait que tout était brisé. Survivre à cela et, plus encore, le traverser triomphalement, c'est expliquer ce que Dieu entend par amitié. Oui, c'est le sens de l'amitié - mais qu'est-ce que c'est ?

Eh bien, si c'est l'explication divine de l'amitié, et que nous sommes appelés à participer à la nature divine, et que Dieu travaille avec nous pour établir une telle relation, ce sera le même chemin. Si vous et moi voulons même nous approcher de cette relation, de cette relation suprême avec Dieu, si nos cœurs répondent à cette suggestion et à cette proposition que Dieu puisse parler de nous comme de ses amis (et, à première vue, il ne fait aucun doute que tout le monde dirait : « Oui. Il n'y a rien que je convoite plus que le fait que Dieu puisse parler de moi comme de "mon ami »), alors voyez ce que cela signifie.

Premièrement, cela signifie un engagement absolu et sans réserve pour la vie et avec la vie à Dieu, sans réserves et sans alternatives. Abraham n'avait pas d'alternative. Cette relation, cet engagement avec Dieu, était tout ou rien, car elle était scellée par une alliance de sang. Vous vous souvenez de l'occasion où cette alliance a été conclue. Le sacrifice a été coupé en deux. Une moitié était mise d'un côté et l'autre moitié de l'autre côté. Un côté était celui de Dieu et l'autre celui d'Abraham. Le sang a été versé et, ensemble, dans la vraie figure, ils ont joint les mains et se sont déplacés entre les deux moitiés. Dans le sang de ce sacrifice, chacun s'est engagé envers l'autre en termes de sang, ou de vie, pour toujours – « l'alliance pour toujours » de Dieu (Psaume 105,8). L'alliance d'Abraham avec Dieu était en termes de vie. Au Mont Moriah, Dieu a retiré à Abraham le sang de sa vie, mais Abraham s'y est tenu. Il s'en tenait à la base même de sa relation avec Dieu. C'était un engagement pour toujours avec la vie elle-même à Dieu, et la fin de cela était : « Abraham, mon ami ».

Ce sont des choses difficiles que je dis, et qui dépassent nos capacités actuelles, je le sais. Aucun d'entre nous ne prétendrait avoir atteint ce point. Néanmoins, c'est ce à quoi Dieu travaille.

L'amitié, en outre, signifie ceci : la confiance en l'autre, lorsqu'Il n'explique pas sa façon de faire, et que nous ne pouvons pas comprendre ce qu'Il fait. Bien sûr, c'est là l'amitié à son meilleur en termes humains. S'il y a une véritable amitié, un ami peut ne pas toujours vous expliquer pourquoi il suit une certaine voie, mais vous avez fini par lui faire tellement confiance que vous ne voulez pas d'explication. Vous êtes prêt à croire, sans explication, que cette personne sait ce qu'elle fait, et vous avez une parfaite confiance en elle. C'est l'amitié, même lorsque l'autre est silencieux et ne dit rien.

Il y a un léger reflet de cela dans la vie de M. Hudson Taylor. Après avoir été en Chine, loin de ce pays et de sa femme, pendant une longue période, il est rentré à la maison et sa femme l'a rejoint au bateau. Ils sont montés ensemble dans un moyen de transport et, bien sûr, vous auriez pensé qu'il ou elle se lancerait immédiatement dans une conversation volumineuse sur tout ce qui s'était passé pendant les années où ils étaient séparés. Mais ils ont fait ce voyage dans un silence absolu - et cela ne les a pas choqués ! Pas un mot ne passa entre eux, mais c'était la compréhension profonde, profonde de la vraie communion. Oh, pour quelque chose comme cela avec le Seigneur ! Il est silencieux, et ce silence est une chose très éprouvante pour nous. Pourquoi ne parle-t-Il pas ? Pourquoi n'agit-Il pas ? Pourquoi ne fait-Il pas quelque chose ? Il est silencieux et inactif, et semble être indifférent. Ah, le croire alors est la substance de l'amitié, un élément constitutif de la véritable amitié.

« Abraham a cru en Dieu ». Vous remarquez que cela est lié à cette même chose, l'offrande d'Isaac. Avoir confiance en un ami lorsque celui-ci semble mystérieux, étrange, inexplicable, incompréhensible, réservé, silencieux, est en effet un élément constitutif de la véritable amitié.

Mais Abraham a regardé au-delà du présent et de l'immédiat, et a dit en son cœur : « Ce n'est pas tout. Ce n'est pas toute l'histoire. Ce n'est pas la fin, car ce n'est pas la fin de Dieu. Même si c'est la mort » - oh, merveilleux triomphe de la foi ! - Même si je dois tuer ce fils en qui tout est centré pour moi, Dieu est Dieu, et il peut ressusciter les morts. Même si Isaac est là, mort, Dieu peut le ressusciter. Je regarde au-delà de la mort, au-delà de la situation actuelle qui peut sembler avoir brisé tout espoir, et je vois que Dieu va plus loin. Je crois Dieu. Je ne comprends pas, je ne suis pas capable d'expliquer, mais je crois Dieu.

C'est très éprouvant, et je dis que cela dépasse chacun d'entre nous, mais c'est la base de la relation ultime avec Dieu. C'est certainement l'or de la nouvelle Jérusalem !

Mais qu'en est-il d'Isaac ? Il était la nouvelle espérance, le maillon de la chaîne de tout le mouvement de dispensation de Dieu, et l'incarnation de cette amitié.

Jeunes frères et sœurs, vous êtes le prochain maillon de la chaîne des dons de Dieu et du témoignage de Dieu sur cette terre. Posez vos pieds sur le sol du maillon précédent. Reprenez le témoignage d'Abraham et prenez cette position : « Moi, non pas comme quelque chose en moi-même, qui ne commence ni ne finit avec moi, mais simplement comme un maillon de cette puissante chaîne des âges, je m'engage sans réserve envers mon Dieu, pour la vie et avec ma vie ». Si tu fais cela, tu es le nouvel espoir de la phase suivante.

Bien sûr, derrière Abraham, nous voyons Dieu le Père et le Seigneur Jésus-Christ, et nous savons tous très bien que toute espérance que nous avons aujourd'hui est due au fait que Dieu a ressuscité son Fils d'entre les morts. Mais ce n'est pas seulement une vérité concernant le Christ. C'est une loi des voies de Dieu tout au long de l'histoire - que quelque chose est baptisé dans la mort, et dans ce baptême, le test de la relation du cœur avec Dieu se poursuit. Et c'est là l'essentiel. Lorsque Jésus a été baptisé dans la mort sur la Croix, c'était le test ultime de sa relation de cœur avec son Père. Son cœur s'est brisé à ce moment-là - mais, oh ! nous sommes tous si heureux que sa toute dernière phrase ait été : « Père, entre tes mains... » (Luc 23:46). C'est le triomphe ! Il en est sorti ! Plus tôt, Il avait crié : « Mon Dieu, mon Dieu ! », mais maintenant Il dit : « Père ». C'était un test, le test ultime, le test final de sa relation de cœur avec son Père - et, notez-le bien, tout baptême dans la mort est cela.

Nous sommes découverts, chers amis, par des tests profonds et terribles sur la croix du baptême dans la mort pour savoir où est notre cœur, s'il est dans les choses ou en Dieu, si notre vie est liée à quelque chose ou si elle est avec Dieu.

Vous voyez, c'était le point avec Isaac. Après tout, il a été prouvé qu'Abraham était lié à bien plus qu'Isaac, car il était lié à Dieu. « D'accord », dit Abraham. Tout semble avoir été centré sur Isaac, mais si Isaac s'en va, j'ai toujours Dieu.

À quoi notre vie est-elle liée ? Est-ce les choses ? Est-ce le travail de la vie ? Qu'est-ce que c'est ? Nous serons testés pour savoir si c'est le Seigneur qui a nos cœurs. Si c'est le cas, nous n'allons pas nous battre pour nos propres voies, nos propres fins, nos propres intérêts ou nos propres idées, même dans l'œuvre de Dieu. C'est le Seigneur qui doit avoir la prééminence sur toutes choses, et sur nous. Isaac a incarné cette position avec Abraham.

Oh, chers amis, veillez à ce que votre cœur soit ainsi envers votre Seigneur ! Si c'est le cas, vous avez la base de cette fin glorieuse : « Mon ami, mon ami ». Cela vaut-il la peine de l'avoir ? Certainement, et qu'Il dise à la fin : « Entre, mon ami ! »


Afin de respecter la volonté de T. Austin-Sparks que ce qui a été gratuitement reçu devrait être gratuitement donné, ses écrits ne sont pas soumis aux droits d'auteurs. Aussi, vous êtes libres d'utiliser ces écrits comme vous vous sentez conduits, néanmoins nous vous demandons, au cas ou vous décideriez de partager des messages de ce site avec d'autres, de les partager librement -libre de tout changement, libre de tous droits et gratuitement.